Cameroun – Nord: Les otages de Touboro libérés

Enlevés dans la nuit du 4 au 5 aout 2016, ils ont recouvré la liberté hier.

C'est aux environs de 16h, lundi 29 août dernier que les cinq ex-otages de Touboro dans le département du Mayo-Rey ont été libérés à l’issue d’un raid de l’armée dans la localité. 237online.com Les nommés Bakam Fosso, 28 ans, Henry Fouamouwé, 31 ans, Laure Mewa, 18 ans tous membres de la famille du nommé Marcel Flobert Nono ont été délivrés des mains de leurs ravisseurs. Ils ont été pris en otage dans la nuit du 4 au 5 aout 2016 par des hommes lourdement armés. Selon diverses sources dans la ville de Touboro, c’est au cours d’un raid de l’armée, à la manœuvre l’aviation camerounaise soutenue par les hommes du Brim et ceux du Bim installé dans la localité, que les ex otages se sont frayé un chemin. Ils ont été retrouvés après la fuite de leurs ravisseurs. Joint au téléphone par le Jour, le sous-préfet de l’arrondissement de Touboro a dit son soulagement : « Les ex otages sont de retour dans leur famille. Cette libération a été rendue possible grâce au travail que mènent nos soldats sur le terrain. Nous avons intensifié la chasse aux preneurs d’otages ainsi qu’aux bandits de grand chemin », a-t-il déclaré. Selon l’autorité administrative aucune rançon n’a été versée pour la libération des cinq membres de la famille de Marcel Flobert Nono. Une source de votre journal au 31ème Bataillon d’infanterie motorisée a confié sous anonymat que les ravisseurs ont abandonné leurs otages dans une zone forestière de l’arrondissement de Touboro non loin de la frontière avec la Rca. La même source indique que les ravisseurs seraient venus de la Rca et seraient des membres d’un autre gang démantelé il y a quelques jours par les militaires camerounais. Estimés à une dizaine d’hommes, ces hors-la-loi seraient lourdement armés et munis des fusils d’assaut ainsi que des calibres AK47, a fait savoir une source militaire. Les désormais ex-otages affirment que leurs ravisseurs s’expriment en Sango, langue utilisée en Centrafrique. Nos sources précisent par ailleurs que la bande était en contact permanent avec certains éléments disséminés dans la brousse de Touboro quelques minutes avec l’assaut de l’armée camerounaise. Au téléphone, Marcel Flobert Nono, le parent des ex-otages se dit soulagé de retrouver ses enfants sains et saufs. « Ils sont affaiblis mais hors de danger. Ils ont subi un traumatisme dû à la peur et aux mauvais traitements. Je loue Dieu et remercie les autorités de notre pays et surtout nos militaires pour les efforts consentis pour libérer mes enfants », a-t-il confié au Jour. Il nie avoir versé une rançon aux ravisseurs. En rappel, dans la nuit du 4 au 5 aout 2016, les membres de la famille Marcel Flobert Nono ont été enlevés par un groupe d’hommes lourdement armés qui vont laisser une lettre et un numéro de téléphone pour le versement d’une rançon de 100.000.000 F.Cfa.

A. L

 

237online.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau