CAMEROUN MUNICIPALES/LÉGISLATIVES 2013 : LES VAINQUEURS STRATÉGIQUES, OLIVIER BILÉ ARRACHE LA MAIRIE DE YABASSI

olivier-bile061011300.jpgL'Union pour la fraternité et la prospérité s’est emparée de cette municipalité dans le Nkam.

C’est la plus grosse surprise des élections municipales du 30 septembre dernier : l’Ufp de Olivier Bilé qui s’empare de la mairie de Yabassi dans le Nkam, région du Littoral, avec 55,43% des suffrages, devant le Rdpc. Cette victoire surprise d’un petit parti qui alignait à peine quatre listes lors de ces élections sonne comme un désaveu des élites Rdpc du Nkam.

Selon de nombreux observateurs, la mairie de Yabassi est tombée aux mains de Jacques Maboula Mboya, tête de liste de l’Ufp et ancien militant du Rdpc, en raison des querelles entre certains militants de ce parti dans le Nkam. Une bataille de tranchées entre, d’un côté, Narcisse Mouelle Kombi, conseiller spécial du président de la République et Pierre Moukoko Mbonjo, ministre des Relations extérieures, et de l’autre côté, Pascal Messanga Nyamding, militant du Rdpc et membre suppléant du comité central.

Les plaies laissées par les investitures au sein du Rdpc ont également permis à l’Ufp, en embuscade, de rafler la mise en surfant sur une vague d’aigreur des recalés du parti au pouvoir. Joint au téléphone hier, un militant du Rdpc originaire du Nkam ne décolère pas, mais espère que la perte de cette mairie par le parti au pouvoir va « enfin » permettre que les problèmes de sa localité soient portés au grand jour. « Nous n’avons ni routes, ni hôpitaux, ni écoles dignes de ce nom.

Les populations vivent dans une misère indescriptible. Au lieu que nos élites politiques nous aident à résoudre ces problèmes, elles se lancent dans des querelles d’égo complètement indécentes. Les populations ne sont plus dupes. Elles ont compris que ces gens n’ont aucune considération pour elles. Le peuple n’est qu’un bétail électoral qui les aide à conquérir leurs postes ministériels et leurs richesses. Nous avons besoin d’une élite plus humaine et moins calculatrice », soutient notre source.

© Le Jour : Jean-Bruno Tagne

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau