CAMEROUN,MUNICIPALES ET LÉGISLATIVES 2013 : LE SDF DONNE LE TON

john-fru-ndi-rappel.jpgSous la supervision de Joshua Osih, le vice président, le Front Social Démocratique a lancé ses activités de campagne électorale au foyer protestant d’Akwa à Douala le Dimanche 15 Septembre dans l’après midi. La cérémonie avait pour but de présenter au grand public les candidats du parti aux législatives dans les circonscriptions du Wouri-centre et du Wouri-sud ainsi que les candidats au municipales dans les arrondissements de Douala 1er et Douala 2eme. Plus qu’une cérémonie d’ouverture de campagne, il s’est agi d’un réquisitoire sur la gestion du parti au pouvoir depuis 30 ans, le Rdpc. Les orateurs-candidats du parti de la balance ont, tous, dans leurs interventions passés aux cribles les maux qui empêchent notre pays en général et la ville de Douala en particulier de se poser comme une société démocratique. Le chômage des jeunes est endémique, la délinquance et les dépravations des mœurs s’aggravent, la corruption est érigée en mode de gestion de la fortune publique, l’éducation est au rabais, le tourisme inexistant…Bref Douala se meurt lentement. Il faut sanctionner ceux qui ont plongé le peuple dans l’abime et les populations dans la misère.

Cette fois, ca passe ou ca casse 

Les SDF, propose une solution basée sur le développement économique, en promettant du travail aux jeunes, une éducation plus accrue notamment avec l’ouverture de lycée technique dans l’arrondissement de Douala 2eme, des centres de santé pour la couverture sanitaire, de l’eau potable pour tous, un environnement des affaires favorable aux nationaux notamment ceux des arrondissements de Douala I et II. La sous traitance dans les multinationales et les grandes entreprises de l’Etat doit être confié aux riverains pour booster l’économie locale. Le Sdf promet de revoir la politique foncière et un nouveau plan de la ville de Douala. Ce vaste programme ne sera réalisable qu’à l’issue d’une élection transparente au cours de laquelle à chaque électeur correspondra un vote. Et le parti de Fru Ndi a mis en garde tous ceux qui seront tentés par la fraude, notamment son grand concurrent le Rdpc. Le seul moyen de sécuriser leurs votes ont-ils prescrits aux militants, c’est de passer par la violence le cas échéant. Et Pour cause confesseront les candidats « Nous n’avons ni police, ni sous préfet, nous utiliseront la violence si cela est nécessaire. parce que cette fois ca passe ou ca casse ».

Source: Camer be

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau