CAMEROUN : MICHEL THIERRY ATANGANA A-T-IL LÂCHÉ LYDIENNE YEN-EYOUM ?

Michel thierry atangana0403Peu après sa libération en février dernier, Michel Thierry Atangana avait pris la tête du comité de libération de l’avocate Lydienne Yen Eyoum, franco-camerounaise comme lui, qui a été condamnée jeudi à 25 ans de prison sur la base d’un dossier manifestement vide.

Bien malin qui dira ce que l’ancien prisonnier qui approche de la cinquantaine a effectivement réalisé pour soutenir sa concitoyenne.

Même s’il venait lui-même de sortir de prison, toutes les portes lui étaient ouvertes en France, pour plaider la cause de l’avocate, notamment celles des médias qui ont beaucoup contribué à sa propre libération. Mais il est resté discret, voire silencieux. Un peu comme si le comité qu’il présidait n’existait pas réellement. Même le site de France 24 a été obligé de reprendre les propos qu’il avait tenues en mars au moment du lancement du comité, pour commenter la condamnation de Mme Eyoum. Un peu comme si Michel Thierry Atangana ne se sentait plus concerné.

A Paris, le comité de libération de M. Atangana avait multiplié les actions : interventions médiatiques, tractage public, campagnes d’affichage, manifestations… On n’a rien vu de tout cela, pour le cas de Mme Eyoum. Ce qui fait dire à certains que contrairement à Michel Thierry Atangana qui n’hésitait pas à motiver financièrement certains de ses soutiens, Mme Eyoum n’aurait pas mis la main dans la poche.

L’ancien prisonnier n’aurait par ailleurs plus qu’une seule idée en tête : récupérer les milliards qu’il réclame à l’Etat camerounais. C’est peut-être pour cela qu’il avait lancé, peu après sa libération, une opération de séduction envers Paul Biya, allant jusqu’à le remercier de l’avoir libéré, oubliant, comme saisi par une subite amnésie, que ce dernier fut son bourreau pendant 17 ans, et qu’il continue à maintenir en détention d’autres prisonniers politiques.

© Correspondance de : Njombé Pierre

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau