Cameroun: Marlène Emvoutou nie tout dans l'affaire de la corruption à la Fecafoot

Mercredi, face à la commission d’éthique, la candidate à l’élection du 19 juin ne se reconnaît pas dans les faits cités via médias.

marlene-emvoutou640.jpg

Corruption. Le mot secoue la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Pour l’exorciser, la Commission d’éthique et de fair-play s’est auto-constituée après avoir lu les journaux, suite à la dernière élection du 19 juin.Mercredi, au siège de l’association à Tsinga à Yaoundé, l’audition pour corruption préélectorale de quelques membres a débuté. La première à passer, Marlène Emvoutou. La présidente de la ligue régionale de football du Sud a été entendue suite à la publication dans des médias et autres réseaux sociaux, des textes décrivant le circuit de corruption qu’elle aurait emprunté pour gagner des voix lors de l’élection du 19 juin.

En plus du montant, des noms de personnalités sont cités comme ayant perçu de l’argent de cette dernière. La commission d’éthique, conduite par Me Charles Nguini, a également auditionné Lambert Yodiodi, Etienne Claude Tamo (membres de l’assemblée générale) ; Pierre Batamack, troisième vice-président entrant. Au moment où nous mettions sous presse hier, les auditions se poursuivaient. Devaient également être entendus, Dieudonné Ghomsi, président de la Ligue départementale de football du Koung-khi et René Black Mpando, secrétaire général de la Ligue régionale de football du Littoral.

Interrogée au sortir de la salle d’interrogatoire, Marlène Emvoutou laisse savoir qu’elle n’a jamais donné de l’argent à des délégués pour obtenir leurs votes. « Ces allégations sont fausses. Il y a 15 000 profils facebook avec mon image. Dans une campagne électorale, on peut être appelé à faire des investissements. Il ne s’agit pas de corrompre des gens », affirme-t-elle. A la Fécafoot, on laisse entendre que l’enquête prendra le temps qu’il faudra. Et, si au terme du processus, les accusations sont fondées, les personnes incriminées seront sanctionnées, voire radiées à vie de la Fécafoot.

L’on se souvient que l’an dernier, Pierre Donovan Mbougnia, président de la ligue régionale de football de l’Ouest a été radié à vie de ladite association, pour des faits de corruption. Pendant ce temps, le vice-président sortant de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), John Begheni Ndeh a donné une conférence de presse mardi soir à Bamenda. Une forme de prise de pouvoir, puisqu’il soutient mordicus qu’il est « le seul habilité à parler au nom de la Fécafoot en qualité de président ».

© Angèle BEPEDE | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau