Cameroun - Lutte contre la corruption: La Conac doit ouvrir une enquête sur les 400 millions perçus par Aminatou Ahidjo

De sources autorisées, la fille cadette d'Ahmadou Ahidjo aurait reçu de l'argent du contribuable camerounais, une colossale somme pour mener la campagne du Rdpc.

aminatou-ahidjo-005-ns-600.jpgPhoto: © The Spark

D'où viennent les millions qui ont réussi à convaincre Mlle Aminatou Ahidjo de rejoindre les rangs du Rdpc ? Parti politique pour lequel elle va battre campagne à partir du 14 septembre prochain dans la région du Nord. C'est la question qui est sur toutes les lèvres. Il ne manque pas des milliardaires au sein de la formation au pouvoir, mais alors... Une seule personne comme Victor Fotso, André Sohaing, Kadji Defosso... peuvent faire une telle preuve de largesse pour avoir quoi en retour ? Certainement que ce ne sont pas les milliardaires du Rdpc qui ont financé l'entrée de Aminatou Ahidjo dans le parti, qui l'a alors fait ? Paul Biya en personne, nous en doutons.

Est-ce le Trésor public ? C'est plus plausible. Sinon les caisses noires de la Présidence qui sont renflouées par les recettes pétrolières dont la gestion reste opaque. Une singerie tropicale, qui est condamnable. Le parti étant une association privée, on ne peut pas prendre l'argent du contribuable pour donner à un individu. C'est dire que nous assistons avec ce qui vient de se passer avec Paul Biya et Aminatou Ahidjo à un acte amer de corruption ouverte où il y a le corrupteur, le Chef de l'Etat qui a utilisé l'entremise du Rdpc interposé et la corrompue, la fille de l'ancien Président de la République.

Dans un pays normalement constitué, la Conac, les services de renseignements de la police, de la gendarmerie, de la justice devraient ouvrir une enquête pour connaître l'origine des sommes qui ont été remises à la benjamine de la famille Ahmadou Ahidjo. Malheureusement, dans les pays africains, où ces services et institutions ne sont pas indépendants, il sera difficile de faire la lumière sur la provenance de cet argent que la presse a réussi avec l'aide de quelques mécontents des cercles décisionnels du Rdpc à avoir les détails sur la répartition de cette somme. De quoi hérisser les poils de la bénéficiaire. Qui doit se douter désormais dans quel panier à crabes elle s'est lancée. Mieux une arène où tous les coups sont donnés avec très souvent recours à l'usage des armes non conventionnelles.

© Michel Michaut Moussala | Aurore Plus

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau