Cameroun – Lutte contre Boko Haram : une vaste rafle dans plusieurs quartiers de Yaoundé

Les domiciles ont été fouillés et des mosquées encerclées hier matin dans les quartiers Briqueterie et Tsinga Elobi.

Une vaste rafle dans plusieurs quartiers de Yaoundé | Illustration/DR

Les activités ont repris timidement ce 28 juillet au quartier Briqueterie à Yaoundé. Certains boutiquiers rencontrés hier aux environs de 10h du matin, disent avoir ouvert tard à cause de la présence de plusieurs policiers et gendarmes qui ont envahi le quartier dès les premières heures de la matinée. Mohamadou est parmi les commerçants ayant débuté les activités ce mardi autour de 10h. « On m’a appelé tôt le matin pour me dire que les policiers et gendarmes viennent d’encercler tout le quartier au point où personne ne pouvait sortir. Je suis resté à la maison jusqu’à 9h lorsque j’ai été informé de leur départ », explique-t-il.

Selon les informations recueillies hier au quartier Briqueterie, c’est autour de 5h que les policiers et gendarmes sont arrivés pour conduire une vaste opération de rafle. Dès leur arrivée, ils ont encerclé les mosquées et les domiciles. Au lieu-dit mosquée blanche, les fidèles étaient en train de prier lorsqu’ils ont aperçu les policiers. A en croire certains témoins, les forces de maintien de l’ordre sont restées devant la mosquée jusqu’à la fin de la prière. Aoudou Abas, dignitaire musulman présent dans la mosquée blanche au moment de la prière, témoigne : « Lorsque nous avons fini la prière, les policiers nous ont demandé que chacun de nous présente sa carte nationale d’identité. Beaucoup de fidèles sont venus prier sans leurs pièces. Ils ont été embarqués dans un véhicule de la police et conduits plus tard dans un commissariat de la ville. »

A quelques encablures de la Total Briqueterie jusqu’au lieu-dit Tsinga Elobi, plusieurs domiciles ont été fouillés par les forces de maintien de l’ordre. « Ils entraient dans les maisons et fouillaient partout dans les chambres et dans les cuisines. Lorsqu’ils ne trouvaient aucun objet suspect, ils repartaient immédiatement. A ma connaissance, ils n’ont trouvé aucun objet suspect dans notre quartier. Mais les policiers nous ont fait savoir que les autorités leur ont dit que Tsinga Elobi est considéré comme étant un secteur très criminogène. Les personnes qui sortaient déjà pour se rendre au travail, ont également été stoppées par les forces de l’ordre », raconte un habitant.

 

Contrariante, cette rafle est cependant considérée par certains comme un mal nécessaire. « Ce n’est pas bien de voir les policiers venir fouiller dans votre maison pendant que vous dormez avec votre épouse, mais étant donné que notre pays traverse des moments très difficiles, nous pensons que ces mesures sont nécessaires », déclare Youssoufa. L’opération s’est achevée autour de 8h. D’après les informations recueillies, les personnes conduites au commissariat central N1 ont été relaxées après exploitation. Depuis lundi dernier, les mesures de sécurité ont été renforcées dans plusieurs coins de Yaoundé comme au lieu-dit Avenue Kennedy, où les commerçants n’installent plus leur marchandise sur le trottoir.

Les opérations de rafles vont se poursuivre dans les autres quartiers de la capitale politique.

Source : © Le Jour Par Prince Nguimbous

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau