Cameroun - Législatives-Municipales: La circulaire de Paul Biya divise le RDPC

Le Président national du parti au pouvoir a pris l'option des investitures, vendredi dernier. Faisant des satisfaits d'un côté et de l'autre, des déçus.

paul  biya .jpg

Notamment, chez les partisans des primaires. Plus nombreux. Le débat est clos. Le 05 juillet dernier, Paul Biya a arrêté les investitures comme canal de désignation des candidats de son parti, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), à l'élection des députés à l'Assemblée nationale et des conseillers municipaux (cf. circulaire ci-après) dans les communes.

Avant cette date, le parti du flambeau -plus encore ces deux dernières semaines — fut otage de joutes oratoires entre les tenants des investitures parce que «plus fiables», à les en croire, et les chauds partisans des primaires, considérées par ceux-ci comme «plus démocratiques». Comme il fallait s'y attendre, un camp a su mieux faire vendre ses arguments auprès du Président national du Rdpc.

En l'occurrence, le camp des investitures. Mais, et comme il fallait peut-être s'y attendre, l'unité du principal parti au Cameroun (en termes d'élus) ne semble pas avoir survécu à ces joutes aussi idéologiques que générationnelles. En effet, selon nos informations, une quantité considérable, voire très majoritaires des militants du Rdpc, à l'opposé de leurs camarades qui ont surmonté colère et frustration et se sont pliés aux directives présidentielles, en ont gros sur la patate du diktat de la hiérarchie. «Comment peut-on abandonner les primaires qui ont toujours fait leurs preuves pour se rabattre sur les investitures, qui rappellent les années noires de l'Unc [Union nationale camerounaise, ancêtre du Rdpc].

Au lieu d'avancer, nous avons reculé de 30 ans en arrière. C'est un échec d'autant plus lamentable que des partis cadets comme le Sdf (Social democratic front, en anglais) se sont mis à l'école des primaires», tempête Jean Marie Tchuisseu, militant de base du Rdpc. De là à transformer leur colère dans les urnes le 30 septembre en vote sanction, il y a un pas que plusieurs "Rdpcistes" affirment qu'ils vont traverser le jour des élections. «Je voterai contre les candidats du parti, quels qu'ils soient. La base doit être traitée avec respect et considération. Son avis doit être demandé, surtout lorsqu'il s'agit d'élections la concernant au premier chef.

Un Maire, dont la candidature a été imposée par le sommet ne se considérera jamais comme au service des populations. Pareil pour un Député non légitimée par sa base militante», argumente Solange E., Présidente de section Rdpc. Ambiance... L'esprit de la circulaire. Pourtant, en choisissant les investitures pour son parti, Paul Biya ne semble guère prêter le flanc à quelque diktat que ce soit. Loin s'en faut. «L'investiture des candidates et des candidats du Rdpc aux élections législatives et municipales relèvera du Comité Central, conformément aux textes de base du Parti, en l'occurrence l'article 23 des Statuts», rappelle le Président national du Rdpc. «Toutefois, souligne Paul Biya, fort des expériences du passé, leur désignation sera effectuée en liaison avec la base militante, à l'effet de favoriser l'émergence d'hommes, de femmes et de jeunes intègres, dynamiques et représentatifs, capables de susciter l'adhésion pleine et entière de l'électorat au projet pour un Cameroun émergent porté par le Rdpc».

En français facile: les candidats du Rdpc seront à la fois désignés par la base et investis par le Comité central. Une façon pour Paul Biya de couper la poire en deux. Mais la mayonnaise ne prendra que si les militants sont partie prenante de cette investiture «newlook». Sinon, ce sera une parodie de primaires et dénoncée comme telle par la base. Avec des conséquences électorales que l'on subodore. Connaissant mieux que quiconque l'esprit mercantiliste de certains cadres de son parti, Paul Biya n'a pas dans sa circulaire fait l'économie de cette mise en garde: «En vue de désigner des candidats crédibles, gage d'une victoire honorable du Rdpc à cette double consultation, il est de la plus haute importance que les Camarades impliqués dans la procédure d'investiture à tous les niveaux, fassent preuve de rigueur, d'objectivité, de probité, et de patriotisme».

L'avenir nous dira si l'avertissement du Président national du parti du flambeau est tombé ou non dans des oreilles de sourds. Bon à savoir: Si par extraordinaire le consensus n'est pas réalisé, les délégués du Comité central recueilleront au plus «deux listes de candidatures [qu'ils] transmettront à la Commission supérieure selon un ordre de préférence, sans panachage, assorties des observations utiles éventuelles», écrit Paul Biya.

«Pourquoi toutes les listes constituées ne doivent-elles pas être transmises à la Commission supérieure, pourquoi seulement deux alors qu'il y en aura certainement plus, n'est-ce pas que le Président national ne favorise pas l'émergence de la démocratie en limitant le nombre de listes?», s'emporte le peuple du Rdpc. Visiblement,, le militant lambda qui par ailleurs, craint d'ores et déjà les tripatouillages et autres pots-de-vin qui vont évidemment circuler, ne s'accommode pas de la restriction présidentielle. Encore des tensions en perspective!

© Mamouda Labaran | La Météo

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau