CAMEROUN:L’ÉTRANGE ENVOÛTEMENT POLITIQUE D’HAMAN ADAMA

haman-adama070110230-2.jpg Haman Adama:Camer.beC’est le jeudi 19 septembre dernier, que le tribunal Criminel Spécial (Tcs) de Yaoundé, décide de l’arrêt des poursuites contre Mme Haman Adama née Halimatou Kangue Mahonde et ses dix (10) coaccusés. La raison qui justifie cette libération, est le remboursement au trésor public, des fonds détournés. Dans l’affaire qui les oppose à l’Etat du Cameroun et au Ministère de l’Education de Base / Ministère Public. L’ancienne Minedub, a quitté la prison de Kondengui où elle était incarcérée sous les acclamations d’une foule de militants du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc). A peine était-elle sortie de plus de trois (03) ans d’emprisonnement, qu’elle se lançait sans hésitation, comme un griot des temps modernes, dans la campagne en cours pour exprimer tout son soutien à son bourreau d’hier. Une attitude incomprise par de nombreux Camerounais.

La native de Garoua, a affiché et assumé son choix. D’ailleurs, le trajet de sa sortie de la prison centrale de Kondengui à sa résidence, est fait en présence des caméras de la télévision à capitaux publics. Bien orchestré. Tout a été presque parfait. Face aux téléspectateurs, l’ex-prisonnière a avoué haut et fort son ralliement immédiat à la caravane de propagande politique du Rdpc, dans sa ville d’origine. Pour la circonstance, elle s’est prêtée à une mise en scène ubuesque, proche du fanatisme. Résultat d’un lavage de cerveau dont sont victimes toutes les « créatures » de Paul Biya. La décence lui commandait pourtant une posture plus mesurée et très discrète.

Fanatisme politique 

Les observateurs de la scène politique Camerounaise, sont formels. L’agissement de Cette diplômée de L’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (Enam), n’est pas un cas isolé. Emmanuel Gérard Ondo Ndong, ancien directeur général du Fonds Spécial d’Equipement d’Investissement Intercommunautaire (Feicom), arrêté le 21 février 2006 à son domicile par les agents du Groupement Spécial d’Opérations (Gso), et incarcéré au Secrétariat à la défense (Sed), pour des malversations financières de plus de trente-six (36) milliards de francs CFA, purge une peine de vingt (20) ans, assortie de la confiscation de ses biens. Après plus de six (06) années de privations de liberté, le chef traditionnel de 2ème degré du canton Ntoumou-Est, n’a rien perdu du culte qu’il voue à Paul Biya. Lors d’un entretien il déclarait ceci « je reste fidèle à Paul Biya, de qui, je détiens tout ». A certaines occasions aussi, les somptueuses chaises qui meublent son salon, sont utilisées pour servir de cadre aux cérémonies du parti au pouvoir. D’ailleurs, depuis sa prison, il vient de publier une lettre appelant ses « frères » de la vallée du Ntem dans le Sud Cameroun, à voter non pas pour la pertinence des engagements des différents candidats, mais plutôt, il les invite à avoir des yeux de Chimène pour le président fondateur du Rdpc Paul Biya.

Le Pr Gervais Mendo Zé, qui a occupé plusieurs postes dans l’administration Camerounaise, dont celui, très prestigieux de Ministre délégué au Ministère de la Communication, après dix-sept (17) années passées à la tête de la Crtv (1988-2005) la télévision d’Etat, déclarait pour sa part, sans rire, qu’à son réveil, chaque matin, le premier geste qu’il fait, après sa prière, c’est de regarder en direction du palais présidentiel d’Etoudi. En se disant dans son for intérieur, « grand patron, j’espère que tu ne m’as pas oublié ». Pour le chef de 2e degré du village Otoakam par Sangmélima dans le Sud Cameroun, adorateur de la vierge Marie, Paul Biya est un démiurge.

Les militants du Rdpc, c’est connu, vouent un fanatisme, un culte de la personnalité aveugle à Paul Biya. Ils boivent comme du lait ce que le démagogue politique en chef, le dieu vivant camerounais, leur débite. Dans ses discours creux et vaseux. Faits de litanies, de platitudes qui n’ont rien à envier à celles de Juan-Domingo Perón, l’un des plus grands démagogues de toute l’histoire politique.

Le dévouement des « créatures » de Paul Biya et autres spécialistes des motions de soutien finissent par faire croire aux Camerounais que leur chef d’Etat est l’unique choix. Le plus intelligent et plus beau de tous. L’élu de Dieu. Et, que, sans lui, le Cameroun serait perdu. Cette personnification du pouvoir est savamment menée par des hommes du sérail. Des charlatans. Des vendeurs d’illusion.

Haman Adama, Instrument de propagande

L’ancienne inspectrice du trésor, est restée traumatisée par la dure expérience de la prison. Elle demeure donc fragile et déséquilibrée. La peur, qui en résulte, la plonge dans une sorte de dépendance indescriptible. Elle se sent donc désemparée. Prête à tout pour séduire le prince de nouveau. Evidemment, à soixante-dix (70) ans, la captivité et la solitude ont fait perdre à Haman Adama, toute lucidité. Conséquence, elle est devenue l’esclave d’une insoupçonnable supercherie politique. Soutenir les candidats du parti de Paul Biya aux élections couplées du 30 septembre prochain, est donc le moindre mal qu’elle puisse se faire. C‘est sa façon de montrer son attachement militant. Son leitmotiv. Ce n’est un secret pour personne, le lavage de cerveau, est le mode par lequel Biya gère son personnel politique. Et, la méthode est efficace depuis l’avènement de l’homme du renouveau sur les cimes du pouvoir au Cameroun.

Haman Adama n’est certes pas une anonyme. Mais elle ne possède pas non plus un poids politique incommensurable. Elle est utilisée par le président national du Rdpc pour garder sous le giron du parti du flambeau les populations rebelles de la région du Nord Cameroun. Profondément divisées par les arrestations de Marafa Hamidou Yaya, puissant ex- Ministre d’Etat en charge de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (Minatd), et celle d’Iya Mohammed président de la très influente Fédération Camerounaise de football (Fecafoot). Deux mastodontes politiques de la région du Nord dont l’on ignore les effets politiques du maintien en détention. Les militantes et militants du parti du flambeau, ont à la suite de ces interpellations, promis des votes sanctions à l‘encontre du Rdpc. Ils ignorent que Paul Biya a de la suite dans les idées.

Haman Adama, un de ses nombreux jokers, comme Aminatou Ahidjo demeure donc consciente que la machine Biya la tient. Pour battre campagne elle aurait perçu cent (100) millions de francs CFA. L’appartenance au cercle fermé des apparatchiks du parti au pouvoir, empoisonne sa vie et son psychique. Son rôle sera donc simple. Il se résume en une expression ; l’autoflagellation. Elle devra le faire publiquement ou dans le cadre familial. Avant et après les élections. En démontrant, faits et gestes à l’appui, que Paul Biya n’est pas un père fouettard, un diviseur. Mais qu’il est plutôt, un rassembleur, un équilibriste qui sait donner à chaque région, sa part du gâteau national. Elle ignore une chose, Biya est mesquin. Le décret sur la base duquel Haman Adama est libérée, est signé le 04 septembre 2013. Elle avait payé sa dette au trésor plusieurs mois avant. La seule personne qui ne laisse pas Biya dormir c’est Marafa. Pour le combattre, le président Camerounais use de moyens très efficaces. Aides et dons divers aux populations du Nord. Recrutement de la cadette Ahidjo, libération d’Haman Adama. Tout bon chemin, celui qui conduit au maintien du Nord sous son escarcelle, mène à Rome.

Pour elle, le président du Cameroun, qui tient fermement le pays depuis plus de trente (30) ans, donne les signaux d’alerte que son parti, conservera le pouvoir même après son départ. Sous un air faussement démocrate il affiche un cynisme politique avilissant et déshumanisant. Paul Biya, a une stratégie politique connue. Montrer au monde entier, à son peuple, qu’il détient captif, que c’est lui le maître du jeu politique. Pour cela, il est prêt à humilier et à traumatiser ses proches. Il est capable d’aller plus loin encore, contre la personne physique de son principal ennemi, le très encombrant Marafa Hamidou Yaya.

© Camer.be : Armand Ougock

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/09/2013