Cameroun: l’armée récupère une base militaire des mains de Boko Haram

Plusieurs membres de la secte islamiste ont été tués au cours de cette opération, alors que la base militaire de Kumshé a été rétrocédée à l’armée nigériane

Une mission conjointe menée par des militaires camerounais de la Force Mixte multinationale (coalition régionale contre Boko Haram) et l’armée nigériane, a récupéré la base militaire de Kumshé (Nigéria) entre les mains du groupe terroriste, a-t-on appris mercredi, 24 février 2016, de source militaire camerounaise.

« L’opération à laquelle ont également pris part des forces spéciales camerounaises s’est déroulée mercredi matin. Cette base militaire, située dans le Nord du Nigeria ainsi que les équipements militaires qu’elle contenait avait été arrachée à l’armée nigériane par Boko Haram depuis des mois », explique une source militaire camerounaise qui a participé à l’opération.

« Après la récupération de la base, il y a eu transfert de responsabilité à l’armée nigériane », confirme une autre source militaire camerounaise.

Un soldat camerounais a été tué et quatre autres blessés à l’issue de l’assaut sur lequel les sources officielles camerounaises n’ont pas encore communiqué jusqu’à mercredi 19H30 GMT.

Au cours de la bataille qui a opposé la coalition militaire aux combattants de Boko Haram, « des camps de Boko Haram ont été détruits. Des dizaines de membres de Boko Haram ont été tués. On n’a pas encore fait le décompte mais plusieurs corps jonchent le sol », révèle t-on.

Plusieurs véhicules ont été détruits, des otages ont été libérés mais diverses sources assurent qu’il est encore trop tôt pour avoir un chiffre exact. « L’opération vient à peine de s’achever. Les hommes doivent se reposer avant de commencer le décompte », explique la source.

Les opérations militaires conjointes menées par le Cameroun et le Nigéria se sont intensifiées depuis quelques jours. Du 11 au 14 février, elles avaient débouché sur la mort de 162 éléments de Boko Haram et la libération de plus de 100 otages. Mardi, une source sécuritaire camerounaise a confirmé qu’au moins six camps de Boko Haram ont été brûlés par les soldats camerounais, détachés au sein de la Force Multinationale Mixte regroupant cinq pays impliqués dans la lutte contre Boko Haram (Bénin, Cameroun, Niger, Nigéria et Tchad).

 JOURNAL DU CAMEROUN

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau