Cameroun - Jean-Pierre Bekolo: Lettre à M. Hollande depuis Ngaoundéré

Jean pierre bekolo lej thn 475Cher Monsieur Hollande,

Je viens de croiser une très longue colonne de l'armée française ici dans la ville de Ngaoundéré. J'ai d'abord pensé qu'elle se dirigeait vers la Centrafrique où vous êtes en train de partir en guerre, comme il y a quelque temps au Mali.

Mais quelle ne fût pas ma surprise de découvrir que l'armée française s'était constituée une base militaire à l'aéroport de Ngaoundéré. Les véhicules et engins que j'ai vu sont inquiétants car le Cameroun ne vit aucune crise, du moins pas pour le moment. Puisque vous êtes devenu un chef de guerre, il est indispensable pour les Camerounais de débattre de cette présence, d'abord entre eux, et ensuite, avec le peuple français lui-même.

En ce début d'année 2014, les Camerounais sont obligés d'anticiper, avec vous, François Hollande, ce que les Ivoiriens n'ont pas vu venir avec Sarkozy. Quelque soit la bonne qualité du climat de Ngaoundéré, l'armée française n'a rien à faire au Cameroun. Si c'est en prévision d'une quelconque fin de règne dont nous savons qu'elle commence à être préoccupante, Tous pensons qu'il faudrait qu'elle se tienne très loin des canons étrangers, quels qu'ils soient, car ils influencent de manière implicite le jeu politique du pays. Monsieur Hollande, ce n'est pas vous, les Français, qui pouvez installer votre armée au Cameroun, quand on se souvient de l'histoire douloureuse entre nos deux pays, qui n'a toujours pas été résolue. Le Cameroun d'aujourd'hui ne célèbre toujours pas ses héros. Ils n'ont aucun monument et aucune rue ne porte leurs noms, de peur de représailles de votre pays, la France.

La France a beaucoup tué au Cameroun et les Camerounais ne l'ont pas oublié. Nous avions aussi notre Général de Gaulle, notre Pierre Mendès France, ils s'appelaient Um Nyobe, Félix Moumié, Ernest Ouandjé, Osende Afana... et c'est la France qui les a éliminés, La France a éliminé nos résistants pour faire de notre pays, un pays de collaborateurs. Que serait devenue la France si le Général de Gaulle avait été assassiné ? Ce sont les conséquences dramatiques de la violence française que subit aujourd'hui un pays comme le Cameroun. Vous qui avez connu l'occupation Nazi, que ressentiriez-vous si l'armée allemande, comme vous le faites aujourd'hui, revenait en France avec des armes plus puissantes que les vôtres et surtout sans débat, sans explication au peuple français? Vous qui voulez-vous démarquer de la Françafrique, je vous rappelle qu'un gouvernement de la Françafrique n'a plus jamais osé envoyer des troupes françaises au Cameroun depuis les années sanglantes.

Monsieur Hollande, maintenant que vos canons sont sur notre sol, vous êtes désormais personnellement responsable de tous les crimes que vont perpétrer vos soldats sur le sol camerounais, car le Cameroun ne dispose aujourd'hui, d'aucun ennemi connu. Et le Tribunal Pénal International devra, s'il ne le fait pas encore, juger la seule présence d'une armée comme la vôtre qui, de fait, est un facteur de désordre, car vos canons risquent fort bien de ne servir comme par le passé, à ne tuer que des Camerounais. Je demande donc à l'Union européenne, aux Etats-Unis et à l'ONU de prendre acte de cette présence sur le sol camerounais, et surtout, de n'accorder aucun mandat à la France, quand bien même il y aurait une crise. Car, si crise il y a au Cameroun demain, la France aura de manière implicite sa main invisible.

A tous les leaders camerounais qui restent silencieux face à cette occupation dans l'espoir qu'elle tournerait à leur avantage, je dis que le peuple camerounais se souviendra, le jour venu, de leur silence. Monsieur Hollande, les Camerounais sont en paix depuis des décennies sans aide internationale, et nous souhaitons que vos troupes, si elles sont vraiment là pour la Centrafrique, poursuivent leur chemin, et que l'année 2014 qui commence, soit une année sans troupes françaises au Cameroun.

Nous souhaitons aux peuples français et camerounais une année 2014 de paix, donc une bonne année !

Jean-Pierre Bekolo/ Cinéaste

@Cameroun-info.net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau