Cameroun - Investitures : Grégoire Owona fait pleurer une maire Rdpc

gregoire-owona050610300.jpg

Françoise Ngono Menkoe, maire sortante de la commune rurale de Mboma dans le département du Haut Nyong a fondu en larmes au palais des Congrès hier, après un échange avec le secrétaire général adjoint du Comité central du parti au pouvoir.

Au cœur de la maffia des investitures au sein du Rdpc. Sa requête a été introduite au Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) depuis le 13 juillet 2013. Françoise Ngono Menkoe, maire sortant de la commune rurale de Mboma dans le département du Haut Nyong, souhaite l’annulation pure et simple de la liste de son concurrent Frédéric Fouda Fouda, en vue des élections municipales du 30 septembre 2013. Mais depuis, elle campe au palais des Congrès, attendant de savoir le sort réservé à son recours. Surtout que ses concurrents crient sur tous les toits, qu’ils ont le soutien indéfectible du Comité central. Hier, mardi 16 juillet, elle a pu échanger avec le secrétaire général adjoint du Comité central du parti au pouvoir, Grégoire Owona. Mais elle n’est visiblement pas satisfaite. Alors que le ministre se retire, les hommes de médias vont à sa rencontre.

« Je dénonce le fait que certaines personnes soient juges et parties dans le processus des investitures au sein de notre formation politique. Dans la commune de Mboma, il y a des gens qui étaient en même temps membres de la commission communale d’investiture et candidats dans la liste concurrente à la mienne. Cela est contraire à la circulaire du président national et au bon sens. J’ai peur que la masse du travail fasse que les membres de la commission centrale ne statuent pas sur ma requête alors qu’elle est fondée», dénonce cette dame, la quarantaine franchie, qui fond aussitôt en larmes devant les caméras. Visiblement, son entretien avec Grégoire Owona n’a pas porté des fruits. Des noms sont même avancés. Et vérifications faites, l’on se rend compte que les récriminations formulées par cette magistrate municipale sont fondées. « La commission communale devait être constituée de huit personnes. Mais dans les faits, le quorum n’était pas atteint. Il est établi que le président n’est pas resté longtemps, le premier vice-président retenu à la commission départementale, le membre Essomba Gabriel déjoué par le clan Fouda Ava et les autres étaient absents.

La candidate Mpock Chantale a co-présidé avec le président Olinga Meke de manière flagrante, le vice président Koulolo Koulolo Germain s’est fait remplacer par son secrétaire particulier, un individu non identifié qu’on nommerait Mabelang. Nguele Laye Magellan colistier de Fouda les a rejoints le lendemain », explique madame le maire. Justement en jetant un coup d’œil sur la liste des membres de la commission départementale constituée par Jean Nkuété, on se rend compte qu’Aurélien Edjel Mpouma qui en fait partie est également inscrit sur la liste concurrente à celle de Françoise Ngono. Le cas le plus flagrant est celui de Germain Koukolo Koukolo.

Bien qu’ayant été désigné vice-président de la commission communale à Mboma, ce dernier est un élément de la liste de Fouda Fouda. Les exemples de ce genre sont d’ailleurs nombreux. « Par ces motifs, monsieur le président de la commission départementale, je sollicite qu’il vous plaise de bien vouloir disqualifier la liste Fouda qui présente plusieurs incongruités au détriment du fait que les Ava proclament que le Comité central leur appartient», conclut Françoise Ngono dans la requête adressée au président de la commission départementale de supervision des investitures des candidats aux municipales et législatives dans le Haut-Nyong. Elle essuie une épaisse larme avant d’éclater une fois de plus en sanglots, disant avoir beaucoup fait en faveur de la commune de Mboma, et estime mériter légitimement un autre mandat en vue de poursuivre ses œuvres.

© Le Messager : Joseph Flavien KANKEU

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau