Cameroun - Investitures au RDPC: La tête de Cavaye mise à prix

Entre marchandage, frustrations et incompatibilité, des cadres du Rdpc dans la Vina, la Benoué et le Diamaré dénoncent des manœuvres visant à écarter certains pontes du régime de la course aux élections couplées du 30 septembre 2013.

cavaye-yeguie-djibril.jpg

« Légitimité», «crédibilité», «moralité», «engagement»… Ces expressions contenues dans la circulaire du champion du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) suscitent la controverse dans le septentrion : Janvier Sossomba Mongui, Baba Amadou et Ebénezer Njoh Mouelle, respectivement présidents des commissions régionales de supervision des investitures dans l’Adamaoua, le Nord et l’Extrême-Nord en ont eu la preuve patente. Jetés dans l’arène septentrionale cette semaine, ces émissaires du Comité central du Rdpc étaient face à des candidats (à l’investiture) peu coopératifs.

Pantois ou ivres de colère, la majorité a du mal à gober certaines «modalités» de candidature édictée par la circulaire rendue publique le 5 juillet 2013. «Sur quelle base va-t-on évaluer la crédibilité et l’engagement militant des uns et des autres ? C’est une manière indirecte d’ouvrir la porte au marchandage et à la frustration de certains», dénonce El Hadj H. Un autre prétendant à l’investiture dans l’Extrême-Nord dit être victime d’une manœuvre politicienne visant à le conduire à la déchéance. «Il n’est pas possible de faire des listes individuelles. J’ai bien failli composer avec une élite politique dont je tais le nom. Les instructions sont claires là-dessus, le Comité central ne veut plus de lui comme député dans notre département», confie-t-il. Même son de cloche dans l’Adamaoua et le Nord où des sources révèlent des tractations diligentées depuis le sommet du parti de la flamme.

Qui sont ces candidats du Grand Nord portés à l’autel du sacrifice?

L’interrogation peut sembler ambigüe. Mais des indiscrétions indiquent, entre autres, les honorables Cavaye Yeguié Djibril, Hamadou Sali (extrême-Nord) et Ali Bachir dans l’Adamaoua. D’après un membre du Comité central du Rdpc joint au téléphone, « ce n’est pas fortuit si El Hadj Mohamadou Abbo Ousmanou, Alim Hayatou et Abba Boukar ont été nommés vice-présidents des commissions régionales de supervision des investitures». A en croire la même source, Abba Boukar et El Hadj Abbo seraient chargés, chacun dans sa région, de faire le ménage et débarrasser le Rdpc de certains «camarades à la moralité et aux aspirations douteuses». D’autre part, à Alim Hayatou, il a été demandé de rétablir un climat de paix au sein des sections Rdpc de la Benoué. L’investiture des candidats anti-Iya et anti-Marafa s’impose !

Savoir lire et écrire

S’adressant à ses camarades de l’Adamaoua mercredi 10 juillet 2013 Janvier Mongui Sossomba a publiquement promis de ne pas faillir. « Que ce qui s’est passé aux sénatoriales ne se répète pas(…) Ngaoundéré en a souffert», a déclaré celui qui a dit être venu expliquer le bien-fondé de la circulaire de Paul Biya. Au chapitre des casse-têtes pré-électoraux au sein du Rdpc, il faut additionner d’autres critères tels que « l’alphabétisation » (savoir lire et écrire le français ou l’anglais), la production d’une copie d’acte de naissance datant de moins de trois (3) mois et un extrait de casier judicaire signé par l’autorité judiciaire compétente.

Certaines de ces modalités ont dû contraindre les uns à retourner dans leur commune natale, dans l’optique de formaliser leur candidatures. D’autres, en revanche, disent avoir jeté l’éponge. «On nous embrouille vraiment avec toutes ces conditions. Les gens veulent seulement nous écarter. Tant pis», fulmine un opérateur économique dans la Bénoué. Ce vendredi 12 juillet, en principe, toutes les listes du Rdpc seront connues. Il reviendra alors aux commissions régionales de les soumettre au Comité central pour validation finale.

© Salomon KANKILI | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau