Cameroun - Insécurité: Franck Biya ferme les snacks au carrefour Mbog – Abang

Franck biya 3Les sources non officielles affirment que Frank Biya aurait ordonné la fermeture des bars au quartier Odza.

Le carrefour Mbog-Abang au quartier Odza depuis un certain temps attire les camerounais d'un autre genre. De véritables vermines qui boivent, de l'alcool, fument, vendent le sexe et viole les mineurs. Quartier situé au Sud de la capitale politique et porte de sortie pour aller vers la Région du Sud, Odza abrite des résidences de hautes personnalités notamment ministres, DG, députés, sénateurs et hommes d'affaires qui y ont construit des résidences paradisiaques.

Cette belle vue que donne ces résidence contraste avec une autre réalité, les bordures de rue sont jonchés de cabarets, snacks, boulangerie, bars et boites de nuit style occidental. L'affluence des «ambianceurs» dans le carrefour rend la circulation très difficile puisque les grosses cylindrées sont parquées de part et d’autre des trottoirs. Les prostituées accostent et sont prêtes à tout pour s'offrir un «meilleur client». Dans la journée du 23 octobre 2013, Franck Emmanuel Olivier Biya en route pour son village natal Mvomeka'a et de passage dans ce carrefour bruyant surprend la police par son cortège qui voulait se rattraper pour arrêter la circulation, ce qui était fout à fait normal car disaient-ils le fils du Chef de l'Etat mérite ces honneurs.

Une situation qui a suscité le courroux de certains adeptes de Bacchus sous l'emprise de l'alcool. Injures, cris, discussions, intrigues et toute sorte de grossièretés s'en sont suivies à l'encontre de Franck Biya. Imperturbable dans son véhicule, le fils du chef de l'Etat selon les témoins ayant vécu la scène est resté d'un calme olympien. Les échos font état de ce qu'après son départ, nombre de ces débits de boisson auraient été fermés par les autorités sous ordre de Frank Biya. On récolte ce qu'on a semé.

Franck Emmanuel Olivier Biya, fils aîné du Chef de l'Etat reste encore aux yeux de nombreux camerounais un modèle de simplicité et d'humilité jamais égalées par rapport aux fils des autres chefs de l'Etat. A 46 ans révolu ce prince de l'ombre n'a jamais attiré l'attention des camerounais sur un quelconque comportement indigne, ni déviant. Certains estiment même que si les choses étaient ce qu'elles devraient être, Franck Biya serait un ministre influent dans notre gouvernement et s'apprêterait à succéder à son père au sommet de l'Etat.

L’homme, d’une éducation occidentale, très modeste ignore sa présence dans un pays, où les nullards ont la parole grâce à leur adhésion aux cercles ésotériques et l'homosexualité. Le fils du prince d'Etoudi n'a jamais coopéré avec ce monde sacrifié et maudit. Nanti d'un doctorat en sciences politiques et conseiller spécial de son père selon les sources non officielles, son séjour au Cameroun n'a jamais fait l'objet d'un protocole quelconque, nous pensons que c'est assurément la raison pour laquelle certaines autorités voudraient profiter de son passage pour régler les comptes aux propriétaires de ces débits de boisson.

Selon ces sources, Frank Biya n'aurait jamais ordonné la fermeture de ces débits de boisson. Elles poursuivent en affirmant, que dans sa résidence au quartier lac, qu'il soit là ou pas, aucun indice ne vous le fera savoir puisque le climat reste le même. Certains de ses cousins affichent plus une allure princière.

© LCN | L'Epervier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau