Cameroun: Hafis Ruefli s’adresse à la jeunesse camerounaise

hafis-ruefli280113300-1.jpg

Dans sa sortie du 08 février dernier, le président du Conseil Citoyen des Camerounais entretient les jeunes de son pays sur deux axes.

Les Pme qui sont sources de leur sous-emploi, il demande par ailleurs aux jeunes de profiter de cette année électorale pour d’être au cœur du changement.L'intégralité de son message.

Chers jeunes, chers compatriotes, amis et amies de la nation camerounaise ; Je saisi cette occasion, au nom de votre fête, la nôtre, celle qui nous fait regarder dans un miroir, le miroir de l’avenir. Je voudrais, vous inviter à scruter demain sur quoi pèse de gros nuages sombres.

Chers jeunes, en cette 47ème fête nationale, qu’il me soit permis de vous entretenir sur votre situation actuelle qui n’est pas des plus plaisante pour bon nombre d’entre vous, au regard des statistiques disponibles en attendant leur mise à jour par les instances compétentes. Cette autre fête, devrait être un moment de réflexion sur votre devenir et comment bâtir un avenir certain et non un certain avenir.

Le Cameroun, comme vous le savez, est connu, aimé et convoité pour ses potentiels tous azimuts. Mais comment transformer ces potentialités afin que nous en jouissions pleinement. Plusieurs postulats s’offrent à nous. La jeunesse constitue à proprement parlé, 71% de la population camerounaise. Ce qui signifie que nous pouvons faire de grandes choses, il suffit d’essayer et d’y croire.

Pour ce faire, nous devons nous investir dans les formations porteuses. Voyez-vous, avec les projets structurant que l’actuel président est entrain de réaliser, la grande main d’œuvre est importée. Ceci est sans doute dû à un retard sur le temps que notre pays accuse en matière d’offre de formation. Mais aussi, une mauvais politique d’absorption de la crème intellectuelle qui se forme dans les meilleures écoles occidentales, et qui finie par y rester sans véritable attrait pour le retour au pays. Je vous exhorte chers jeunes, à penser à notre nation, car, elle ne se fera pas sans vous.

Le Cameroun a besoin de tous ses fils et filles et se fera qu’on le veille ou pas, avec vous. Il est l’heure, de prendre conscience et de se tourner résolument vers l’avenir. Nous invitons les jeunes à se former dans les filières de développement tels que l’agriculture, les pêches, l’élevage, les technologies. Bientôt, le parti dont je préside aux destinées, soutiendra des initiatives à revenue rapide. Nous allons publier également sous peu, les mécanismes et les conditions pour accéder aux financements que nous allons ouvrir pour soutenir la jeunesse camerounaise. Nous allons aussi valoriser les micro-entreprises portées par des jeunes ambitieux qui rêvent d’un Cameroun meilleur.

Nous allons aussi leur fournir aussi bien l’assistance technique, matérielle que financière. Notre combat pour l’amélioration de la situation de la jeunesse qui est, on ne le dira jamais assez, le fer de lance de demain, vise à assassiner les horizons suffisamment écornés par la situation socio-économique actuelle. Loin d’épiloguer sur les auteurs, nous devons rendre un vibrant hommage aux gestionnaires actuels qui construisent à leur manière, notre pays. Quoiqu’il en soit, selon les chiffres de l’Organisation Internationale du Travail, en 2012, en attendant la mise à jour des chiffres, 6,2% de jeunes souffrent de chômage élargi, tandis que 71,5% croupissent sous les méfaits du sous-emploi.

Ce dernier taux est davantage entretenu par les 103 000 entreprises qui opèrent de façon officielle dans notre pays. Ici, des jeunes cadres qui n’ont pas la chance d’accéder aux grandes entreprises livrent leurs connaissances souvent de bonne facture, aux Pme qui évoluent dans un désordre juridique orchestré par leur promoteur dont le but est la recherche effrénées du profit au mépris de la dignité humaine. Ici, les jeunes ne sont pas payés à la hauteur de leur qualification, subissent les humeurs de leur « patron » au quotidien, n’ont aucune sécurité sociale.

A l’heure où le Cameroun est inscrit dans le combat en vue d’offrir un travail décent à chaque citoyen en aptitude de travailler, nous exhortons, les organisations patronales, à plaider davantage pour l’assainissement du cadre juridique des Petites et moyennes entreprises qui sont des niches d’emploi et par ricochet, le creuset du développement économique national. Sur ces entrefaites, nous appelons les jeunes à sortir de leur torpeur et à dénoncer auprès des services compétents, tout abus de leur droit dans le cadre de leur travail au quotidien. Surtout les jeunes travaillant dans les grandes métropoles du Cameroun.

Les mauvais chiffres y afférents sont galopants et expriment le malaise décrié plus haut. Selon les chiffres du Fonds National de l’Emploi (FNE), 14,7% de jeunes chôment à Yaoundé tandis que 12,1% à Douala. On peut bien comprendre que le taux est moins élevés à Douala qui à contrario, a plus d’habitants à cause de l’activité économique qui y est florissante mais, le sous-emploi y bat son plein. La majeure partie des Pme étant implantées, les conditions de l’emploi se rudifient. Chers jeunes, chers citoyens des villes et villages camerounais ; vous pouvez changer autrement cette situation qui ne dépend pas de vous et que, vous vous faites le plaisir de subir.

L’heure est propice au changement et c’est maintenant et ne remettons pas à plus tard. 2013 est une grande année électorale au Cameroun. Plus qu’un scrutin, c’est l’occasion de changer l’ordre des choses. Pour ce faire, inscrivons-nous massivement sur les listes électorales. En plus de choisir, nous devons être candidat et être au cœur du changement. Cette année, une pléthore de choix s’ouvre à nous. Entre Maire, député et sénateur, à chacune de ces positions, le changement est possible, très possible même. Oui, c’est le moment où jamais, en attendant la grande occasion, en 2018.

Nous ne disposons plus d’assez de temps pour le faire et bientôt la clôture des inscriptions sera prononcée. Ne fermons pas nos portes aux agents d’Elections Cameroon (ELECAM) qui viennent vers nous pour nous inscrire. Cela y va du futur de la nation et de notre avenir. Comme vous le savez et ce n’est pas un secret de polichinelle, on note un manque d’engouement de la part de la jeunesse qui croit que les dés sont pipés. Que non, croyez-moi. D’ailleurs, notre importance numérique montre bien que nous pouvons atteindre la masse critique si nous nous inscrivons et le moment venu, nous nous rendons aux urnes.

Cette masse critique, suffit à tout chambouler en notre faveur parce que la démocratie, c’est la force du nombre. Et espérons que tout sera en œuvre pour que nous ayons des élections transparentes, du moins, faiblement contestées que les précédentes. Voici dont la bonne occasion à ne pas rater. Elle nous permettra de changer à notre guise, notre environnement socio-économique, à réaliser nos rêves et à construire un Cameroun plus prospère.

Nous disposons encore de quelques jours pour accroitre notre participation aux échéances électorales à venir. Parvenu au terme de ce message que je tenais à vous délivrer en cette veille de votre fête, notre fête de la jeunesse, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter, une bonne et heureuse fête nationale de la jeunesse, tout en espérant vous retrouver à la table de la construction nationale, rendez-vous aux urnes et à très bientôt pour le changement. Bonne fête de la jeunesse à tous et toutes.

© Camer.be : La rédaction

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau