Cameroun / France - Attaque contre Charlie Hebdo - Guibaï Gatama: «Ce qui est arrivé en France peut arriver au Cameroun»

Le directeur de publication du bi-hebdomadaire L’Oeil du Sahel, suit de très près le conflit en cours à l’Extrême-Nord. Il craint que la secte terroriste Boko Haram qui sévit de ce côté-là, s’attaque, comme les bourreaux de nos confrères de Charlie hebdo, aux journalistes qui s’intéressent à ces événements.

Guibai gaitama sah 001 ns 601

Guibaï Gatama est reconnu au Cameroun comme le meilleur journaliste spécialiste de la guerre déclenchée à l’Extrême-Nord du Cameroun par la secte islamiste Boko Haram. Au fil des jours, le directeur de publication du bi-hebdomadaire L’Oeil du Sahel, renseigne, à travers les réseaux sociaux et son journal, sur la situation au front. Aussi, s’est-il senti concerné lorsqu’est survenu le massacre de la rédaction de Charlie Hebdo. «Le métier de journaliste, on le savait dangereux, mais pas à ce point. On n’a jamais vu auparavant une seule rédaction perdre autant de plumes sous le prétexte que la ligne éditoriale ne plaisait pas à certaines personnes.

Cela montre qu’il y a un travail à faire pour que les divergences d’opinions soient acceptées fussent-elles religieuses. Mais ce qui est arrivé en France peut arriver au Cameroun où les médias traitent des questions de Boko Haram qui, en tant que secte, a manifesté un certain mépris pour la liberté d’expression. De ce point de vue, ceux qui couvrent cette actualité peuvent être pris comme cibles aujourd’hui ou demain». Cela dit, le journaliste se ragaillardit. Pour notre confrère, «il n’y a aucune raison de céder à la peur pour le travail que nous faisons au quotidien». Continuer à travailler pour consacrer la liberté est pour lui, le plus bel hommage que l’on puisse rendre aux martyrs de Charlie Hebdo.

© Robert NDONKOU | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau