Cameroun - Fonds publics: La Sœur de Paul Biya et les 130 millions de FCFA

Des dizaines de millions de FCFA ont été décaissés du trésor public pour l'évacuation sanitaire de la sœur aînée du Président de la République en Afrique du Sud.

paul-biya1-512x340.jpg

Les milieux diplomatiques et financiers ne savent pas par quel bout prendre l'affaire. L'on se demande si la transaction est régulière. Car de nombreux échanges épistolaires entre le percepteur du haut commissariat du Cameroun (Haucocam) en Afrique du Sud et le Ministère des Finances en avril, ont en effet, débouché sur une décision de l'argentier camerounais qui autorise la délégation de la somme de 129 913 000 (cent vingt neuf millions neuf cent treize mille) FCFA au percepteur du Haucocam à Pretoria représentant la couverture budgétaire de l'évacuation sanitaire à Johannesburg, de Madame Régine Ngonda, sœur aînée du Chef de l'Etat.

D'après les sources proches de ce dossier, la somme querellée est imputée sur la ligne 65 390000 6616 du Budget de la République du Cameroun pour l'exercice 2013 conformément aux circulaires, portant instructions relatives à l'exécution et au contrôle de l'exécution du budget de l'Etat et des organismes subventionnés pour l'année 2013. Cet ordre de décaissement est soumis, d'après nos sources, à la chancellerie du haut-commissariat du Cameroun à Pretoria, à un compte d'emploi accompagné de toutes les pièces justificatives. C'est-à-dire que le percepteur d'Hococam à Pretoria est astreint à un compte rendu, au Cfa près, de toutes les dépenses effectuées sur le crédit mis à sa disposition en fin avril 2013 par la Direction générale du budget.

L'opération financière en question a été classée au degré d'urgence et donc en priorité absolue. Elle vise à sauver la vie de l'une des sœurs aînées du Président de la République qui, visiblement, a un sérieux souci de santé. D'autres informations en possession du Messager, font état de ce que la brave octogénaire a d'abord été prise en charge par l'hôpital de la caisse de prévoyance sociale (CNPS) à Yaoundé, avant d'être évacuée à Medeci Clinic à Johannesburg. Mais celles-ci n'ont pas été confirmées par la Direction de cette formation sanitaire très réputée de la capitale camerounaise.

Si le prélèvement de cette somme de près de 130 millions sur le denier public peut choquer au premier abord, de nombreux juristes, qui contactés par Le Messager, estiment que les dispositions légales qui prévoient que l'Etat assure l'entretien et la sécurité du Chef de l'Etat et de sa famille, lui donnent un caractère légal. De plus, que cette opération est frappée du sceau de la transparence avec «la communication partout où besoin sera» et l'enregistrement au chrono, de la décision qui l'ordonne. Même si au demeurant, une certaine clameur s'élève se demandant si le Président est incapable de financer les soins de sa sœur sur ses propres deniers.

© Rodrigue N. TONGUE | Le Messager

Commentaires (1)

1. maty 21/05/2013

Les avantages de services au Cameroun.......

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau