Cameroun : Flou sur la mort de Eric Lembembe

La Police judiciaire s’est saisie de l’affaire depuis la découverte du corps de ce journaliste défenseur des droits des homosexuels.

eric-lembembe180713300.jpg

La dépouille d’Eric Lembembe a été déposée à la morgue de l’hôpital général de Yaoundé lundi, 15 juillet 2013, aux environs de 13h, par les membres de sa famille. Le journaliste a été retrouvé mort dans sa chambre au quartier Tongolo, non loin du club Yannick. Les circonstances du décès de celui qui était un défenseur des droits des homosexuels au Cameroun restent troubles. L’enquête ouverte à la direction régionale de la Police judiciaire du Centre (Drpj) pourra en dire plus. Selon les voisins, les traces de repassage ont été aperçues sur le corps de la victime. « Nous avons trouvé le cadenas de la porte coupé.

Il vivait dans cette chambre depuis trois ans. Mon grand frère, qui a découvert le corps, a immédiatement informé les membres de sa famille qui sont arrivés sur les lieux et l’ont transporté à la morgue de l’hôpital général », explique Claire, la fille du bailleur de la victime. Où vivait Eric Lembembe, les voisins expliquent que ce titulaire du Bts en journalisme, obtenu en 2007 à Yaoundé, était un homme discret et paisible. « Il vivait seul dans la chambre. C’est depuis samedi que je ne l’ai plus aperçu. Lorsqu’on a retrouvé son corps, il avait des traces de repassage sur le ventre», laisse entendre Claire. A la nouvelle route Bastos, siège de l’Ong Action solidaire de soutien aux organisations et d’appui aux libertés (Assoal), où travaillait la victime, un papier collé à l’entrée principale annonce le décès de l’employé.

L’on a appris que c’est vendredi qu’Eric Lembembe a travaillé pour la dernière fois. Dans cette Ong, le journaliste de 30 ans occupait les fonctions de rédacteur en chef de deux publications : La tribune du citoyen et Courrier des habitants. La victime était par ailleurs le directeur exécutif de l’association Cameroonian foundation for Aids (Camfaids). Joint au téléphone, Alice Nkom, avocat au barreau du Cameroun et défenseur des droits des homosexuels, explique que la disparition d’Eric Lembembe est une grande perte pour le Cameroun. « Nous ferons tout pour voir clair sur la mort de ce jeune courageux qui a sacrifié sa vie pour défendre les droits humains », a-t-elle confié.

© Le Jour : Prince Nguimbous

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau