Cameroun: Essence, gazoil, gaz domestique, les prix revus à la hausse

 

Dsc09728

Dans un communiqué rendu public lundi soir signé du secrétaire général des services du Premier ministre, Louis Paul Motaze, le gouvernement annonce une modification des prix des carburants à la pompe et du gaz domestique à compter du 1er juillet 2014. Les modifications annoncées sont les suivantes : le litre d’essence super passe de 569 CFA à 650 FCFA ; le litre de gazoil passe de 520 FCFA à 600F CFA ; la bouteille de gaz domestique de 12,5kg passe de 6000 FCFA à 6500 FCFA. Cette révision à la hausse des prix des carburants et du gaz domestique, explique le communiqué, répond à deux nécessités. En premier lieu, il s’agit de prendre en compte l’augmentation continue des cours du pétrole sur le marché international. Il est utile de rappeler que le pétrole raffiné par l’usine nationale de raffinage à destination du marché camerounais est importé et subit les variations continues à la hausse sur le marché international.

En second lieu, il est question de réduire la charge toujours plus forte, toujours en augmentation, de la subvention du carburant. C’est en effet l’Etat qui paie sous forme de subvention la différence entre le prix sur le marché international et celui fixé au plan national. Cette masse d’argent que paie l’Etat peut être utilisée, si les carburants ne sont pas subventionnés, en d’autres termes si « la vérité des prix » est pratiquée à de nombreuses réalisations dans les projets sociaux, éducatifs et infrastructurels. Il s’agit de nombreux projets de développement dont les populations ont grand besoin dans les secteurs de la santé comme les hôpitaux, les dispensaires, la disponibilité des médicaments essentiels, les routes, les bâtiments publics, les écoles, la formation et la disponibilité des enseignants notamment dans les enseignements primaires et secondaires. La subvention pèse lourd sur le budget de l’Etat . Ainsi, en guise d’illustration, l’Etat a dépensé 1200 milliards de FCFA de 2008 à 2013 en subventions de carburants. Pour les six premiers mois de l’exercice 2014, il a dépensé 157 milliards. Le gouvernement a donc dû prendre à cet égard une décision importante.

Cependant, le gouvernement a aussi pris des mesures d’accompagnement afin de préserver le pouvoir d’achat des populations d’une part, et d’atténuer les effets négatifs de cette augmentation sur l’économie nationale. Il a décidé l’ensemble de mesures suivantes : le maintien du prix du pétrole lampant à 350 FCFA ; la réduction de 50% du montant de l’impôt libératoire, de la taxe à l’essieu et de la taxe de stationnement ; la revalorisation des salaires des agents publics ; le début immédiat des concertations paritaires en vue de la revalorisation du SMIG ou salaire moyen interprofessionnel garanti. La mise en œuvre de toutes ces décisions aura les effets positifs escomptés dans la mesure où elle se fera avec un sens élevé des responsabilités et de civisme de la part de tous les acteurs.

© ESSAMA ESSOMBA | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau