Cameroun - Education: La France finance à 196 millions un projet sur la professionnalisation de l’enseignement supérieur  

Le ministre de l’Enseignement supérieur, M. Jacques Fame Ndongo et l’Ambassadrice de France au Cameroun, Mme Christine Robichon, ont signé ce lundi 8 février 2016 à Yaoundé une convention financière pour la mise en œuvre d’un projet d’appui à la professionnalisation de l’enseignement supérieur intitulé «Réussite universitaire et insertion professionnelles des jeunes au Cameroun».

D’un montant de 196 millions de FCFA, ce projet permettra de renforcer l’adéquation des formations au marché de l’emploi afin de favoriser l’insertion économique des jeunes, et en particulier des jeunes femmes. Il financera des solutions concrètes et innovantes telles que l’accompagnement personnalisé des étudiants, le développement de l’auto-entreprenariat, et le renforcement des liens entre universités et entreprises. Il sera mis en œuvre dans deux établissement pilotes, l’un public (Université de Yaoundé I) et l’autre privé (Université des Montagnes – UdM).

Dans son discours de circonstance, l’ambassadrice de France au Cameroun a souligné que «l’insertion professionnelle des jeunes est une préoccupation largement partagée à travers le monde mais qui revêt une importance plus grande dans les régions à forte croissance démographique, en particulier en Afrique, ce qui fait peser sur les dirigeants des pays de ce continent de lourdes responsabilités (…)Aujourd’hui, nous ouvrons une nouvelle étape de la recherche de solutions concrètes et innovantes pour l’université camerounaise de demain en lançant le projet intitulé «Réussite universitaire et insertion professionnelles des jeunes au Cameroun» ».

Depuis 1992, la France a contribué à hauteur de 2,5 milliards de Fcfa au développement et à la modernisation de l’enseignement supérieur au Cameroun. Le Pôle d’Appui à la Professionnalisation de l’Enseignement Supérieur en Afrique Centrale (PAPESAC), créé en 2010 et hébergé auprès du MINESUP, répond aux besoins exprimés par les établissements d’enseignement supérieur camerounais, en particulier pour renforcer l’adéquation des formations supérieures au marché de l’emploi.

 

Onana N. Aaron

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau