Cameroun - Cour suprême: Ondo Ndong fond en larmes

L'ancien directeur général du Feicom a été condamné à 30 ans de prison. «C'est le deuil ici». C'est en ces termes qu'une proche d'Emmanuel Gérard Ondo Ndong annonce le verdict à un interlocuteur au bout du fil. La Cour suprême vient d'infliger 30 ans de prison ferme à l'ancien directeur général du Feicom.

Ondo

Il a fondu en larmes, tout comme les membres de sa famille, dont ses épouses, qui ont pris part à cette audience. Condamné à 50 ans, au Tribunal de grande instance du Mfoundi, puis à 20 ans en appel, Ondo Ndong s'était pourvu en cassation devant la Cour suprême devant laquelle ses conseils et lui espéraient au moins une réduction de la peine. Mais la section spécialisée de la Cour suprême présidée par Marc Ateba Ombala a plutôt ajouté 10 ans sur la peine reçue en appel. Les juges de la haute juridiction se sont alignés sur les réquisitions de l'avocat général, Martin Ègbe Ashu, qui a demandé qu'il soit infligé à Ondo Ndong la peine maximale. «C'est au tour de la section spécialisée de la Cour suprême d'envoyer un message fort à la nation, car il faut assainir les activités ostentatoires.

Ondo Ndong était le cerveau d'un système bien huilé et bien ficelé où les décaissements se faisaient par voie orale. Dans quel type de gestion voit-on cela ? Ce genre de comportement doit s'arrêter et il faut combattre avec la dernière énergie, la corruption qui a assez gangrené notre société», tempête le représentant du procureur général près la Cour suprême. Dans la foulée de cette condamnation, la Cour suprême a ordonné que tous les biens d'Ondo Ndong soient confisqués.

Agé de 68 ans, Ondo Ndong a déjà passé 7 ans en prison. Il a été reconnu coupable de détournement de 43 millions FCfa (avantages rétroactifs accordés à des membres du conseil d'administration), détournement de 12 millions FCfa (Octroi d'une prime spéciale à Lekene Donfack, entré au gouvernement et Tsata Messi, confirmé dans ce gouvernement, tous deux, à l'époque des faits, membres du conseil d'administration du Feicom), détournement de 10 millions FCfa (avance sur trésorerie à trois membres du conseil d'administration), détournement de 38 millions FCfa (gratification spéciale au coordonnateur national des passations des marchés publics), détournement de 70 millions FCfa (primes à certains personnels d'appuis), détournement de 14 millions FCfa,(note d'honoraires de son avocat prélevés dans les fonds du Feicom), détournement de 104 millions FCfa (aide pour la construction du stade de football de Mvomeka), détournement 1, 5 milliard FCfa (aides financières diverses), détournement de 5 milliards FCfa (missions fictives). Des faits qui lui sont reprochés pour sa gestion du Feicom.

© Eitel Elessa Mbassi | Le Jour

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau