Cameroun: Coupures d’eau et d’électricité, Otages français, expulsion à l’Ambassade du Cameroun aux Usa…

C’était hier, lundi 11 mars 2013, au cours de la séance plénière d’ouverture de la session ordinaire élective de mars, présidée par Fonso Peter Choo, le doyen d’âge de l’Auguste chambre.

Il y avait du beau monde à l’hémicycle du palais des Verres de Ngoa-Ekélé hier, lundi 11 mars 2013. A l’occasion de la plénière d’ouverture de la 8ème législature du mandat en cours à l’Assemblée nationale. L’on a pu dévisager des personnalités telles Philémon Yang, le Premier ministre, Alexis Dipanda Mouelle, le premier président de la Cour suprême, Martin Bélinga Eboutou, le directeur du cabinet civil de la présidence de la République, Bruno Gain, l’ambassadeur de France au Cameroun, et une bonne brochette des membres du gouvernement.

Dans son allocution de circonstance, Fonso Peter Choo, le doyen d’âge qui, à l’accoutumée, préside cette plénière d’ouverture de la session élective, a dénoncé un certain nombre de manquements qui ternissent grandement l’image du Cameroun. Des manquements à mettre à l’actif du gouvernement Biya, caractérisé par une inertie déconcertante. D’entrée de jeu, il a regretté le kidnapping des 7 Français dans la partie septentrionale du pays, avant de souhaiter que toutes les dispositions soient prises, en collaboration avec les autorités nigérianes, pour libérer ces otages. Le doyen d’âge de l’Assemblée nationale a également dénoncé sans complaisance l’expulsion des fonctionnaires de l’ambassade du Cameroun aux Etats Unis, dit-on, pour des raisons d’insolvabilité.

Selon lui, cet acte porte gravement atteinte à l’image de notre pays. Les problèmes de pénurie d’eau et de coupures intempestives d’électricité ont également été soulevés par le doyen d’âge de la session élective de mars. De même que les difficultés que les citoyens ont à se faire établir gratuitement la carte nationale d’identité. Pour le député, les films ne seraient pas disponibles sur toute l’étendue du territoire, ce qui constituerait un obstacle majeur pour les personnes désireuses d’obtenir le précieux sésame, incontournable pour les inscriptions biométriques sur les listes électorales. Seulement, tout le long de son discours, l’honorable Fonso Peter Choo n’a rien dit des sénatoriales qui se tiendront pourtant dans quelques semaines seulement au Cameroun.

Nul doute qu’avant la fin de cette session qui verra l’élection d’un nouveau bureau de l’Assemblée nationale, l’on en saura un peu plus sur ces députés qui préfèrent le poste de sénateur. En rappel, Cavaye Yeguié Djibril, l’actuel président de l’Assemblée nationale, a déjà dit son intention de démissionner de l’Hémicycle s’il est élu sénateur à nos confrères de Le Jour.

© Joseph Flavien KANKEU | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau