Cameroun - Commissaire Pierre ELA auteur, ancien Responsable des Renseignements Généraux: «Je suis à l'origine du complot contre Marafa»

Le Cameroun vient de fêter son cinquantenaire de la Réunification. Si le Président a salué dans son discours les Héros de la Réunification, il n'a cité aucun nom. Cela fait polémique...

Pierreela 300

Il est incontestable que les deux héros de la Réunification sont Ahmadou Ahidjo et John Ngu Foncha. L'un et l'autre ont eu un contentieux avec Biya. Ahidjo, c'est la rupture à la suite du faux complot. Le contentieux avec Foncha est intervenu à la suite de sa démission fracassante du parti au pouvoir début 1991, pendant l'affaire Yondo et Albert Mukong. Mais c'est avec Ahidjo que la rupture a été consommée à la suite de la violation des Accords de Foumban. Or Biya ne peut citer Foncha sans citer Ahidjo. Tout ce cafouillage qui résulte des ruptures d’harmonie irrite les Camerounais et légitime la tenue du Dialogue national.

Que pensez-vous du décret du Chef de l'Etat qui va entraîner, entre autres, la libération de Michel Thierry Atangana et de Titus Edzoa?

Le Président Biya vient d'administrer au monde entier la preuve que la force du pou¬voir est concentrée entre ses seules mains: il est à la fois l'organe gouvernemental, l'organe législatif et le véritable détenteur du pouvoir judiciaire. Un tel déséquilibre des pouvoirs constitue une entorse au bon fonctionnement d'un Etat de droit et de démocratie. Le Chef de l'Etat peut «créer» ou défaire un haut commis de l'Etat, il peut refuser, contre la volonté populaire, d'organiser les obsèques nationales à la mémoire de son illustre prédécesseur, le fondateur de l'Etat qui lui a tout donné. Il répondra devant l'Histoire, du «mensonge d'Etat» qui a été distillé pendant plus de 30 ans contre Ahmadou Ahidjo. Parlant du supplice insupportable et inhumain infligé aux anciens secrétaires généraux de la Présidence, j'ai eu à démontrer que le mobile de ces arrestations et détentions est d’ordre politique. Il est important que les Camerounais sachent que la fonction de secrétaire général de la Présidence est difficile et accablante, et que la relation entre lui et le Président est singulière. Le secrétaire général de la Présidence, à l'époque de Paul Biya - de 1972 à 1975 - puis de Samuel Eboua - de 1975 à 1982 -, était le confident du Président sur les dossiers sensibles de la République. C’est lui qui assurait la coordination de l'action gouvernementale. En faisant subir des châtiments humiliants certains de ses plus proches collaborateurs (condamnation à vie pour tel, lourdes peines pour tels autres) tout en laissant en liberté des collaborateurs qui ont détourné des fonds publics massifs, le Président Biya a franchi le seuil des violations les plus graves des droits de l'Homme. Les Camerounais sont interpellés.

Peut-on espérer que ces libérations ouvriront la voie à d'autres remises de peines ou des libérations sans condition?

Je suis très confiant pour la suite des événements, surtout en ce qui concerne Marafa Hamidou Yaya.

Sur quoi vous appuyez-vous pour dire que l'ancien Ministre d'Etat pourrait bénéficier aussi d'une libération rapide?

Tout simplement parce qu'il a été victime d'un complot dont j'ai apporté la preuve irréfutable dans une de mes contributions publiée dans les médias. Je suis à l'origine du renseignement qui a servi plus tard à concevoir «l'Opération Albatros» destinée à éliminer politiquement Marafa Hamidou Yaya. Tous les éléments décrits avec précision convergent vers la thèse de complot: Le contenu de la note verbale, que j'ai transmise au délégué général à la Sûreté nationale, le portrait-robot du principal commanditaire de ce complot, etc. Il sera difficile au pouvoir de contredire cette thèse du complot. Les Camerounais ne sont pas dupes: ils savent que «l'Opération Epervier» a été une manipulation politique pour justifier la modification de la Constitution en 2008 afin de lever le verrou de la limitation du mandat présidentiel.

Qui était délégué général à la Sûreté nationale au moment vous transmettiez votre information sur Marafa?

Minlo Medjo. J'avais rendu compte à la résidence de son secrétaire général, Eko Jean Emile, du contenu de la note verbale relative au projet secret des Français de remplacer Biya par une personnalité du Nord.

Vous parliez aussi d'un cerveau du complot contre Marafa. A qui faites-vous précisément allusion?

Le cerveau du complot est le Président Biya qui assume en signant des actes qui violent gravement les droits de l'Homme. Le portrait-robot, dressé dans une de mes contributions, est celui d'un membre du clan qui a exécuté la volonté du Chef. C'est le même scenario qui s'est passe en 1983 pour le complot contre le Président Ahidjo. Avec Ahidjo, c'était le premier complot contre le Nord. Avec Marafa, c'est le second complot contre le Nord.

Quelles sont les actions que vous menez ou que vous entendez mener pour le retour de l'harmonie sociale, votre principal centre d'intérêt?

Nous organiserons un dialogue national avant le mois de septembre 2014. De ce forum, sortira une Commission Vérité et Réconciliation chargée, d'une part, de réexaminer les nombreux cas de contentieux qui émaneront des violations graves des droits de l'Homme et d'autre part, de rédiger l'avant-projet de la future Constitution, le nouveau contrat social qui va restaurer l'harmonie sociale. Pour ce faire, nous solliciterons le soutien des pays amis: d'abord le Sénégal, terre hospitalière de la famille Ahidjo et qui a tenu des assises nationales sous la résidence d'Amadou Macktar M'Bow.

Comme le Sénégal, les conclusions de notre dialogue national qui sera présidé par le Cardinal Christian Tumi, seront remises au Chef de l'Etat. Nous nous appuierons également sur l'exemple tunisien dont la nouvelle Constitution, moderne, qui garantit l'équilibre des pouvoirs, vient d'être adoptée. Nous aurons enfin le soutien de la France, de l'Union européenne et des Etats-Unis, qui encouragent le respect des droits de l'Homme, de l'Etat de droit et de la démocratie. Sans réconciliation nationale et retour de l'harmonie, aucun développement durable ne sera possible. Comment croire un seul instant à l'émergence en 2035 lorsque, prenant le seul exemple des infrastructures ferroviaires, le régime actuel a été défaillant sur toute la ligne? En 22 ans de pouvoir, le Président Ahidjo a ajouté au trafic ferroviaire existant avant l'in-dépendance les tronçons Yaoundé — Ngaoundéré (Trans-camerounais) et l'axe Mbanga — Kumba.

En plus de 30 ans de pouvoir, non seulement le Président Biya n'a ajouté aucun kilomètre de rail, mais, plus grave, il a fait enlever par Camrail le rail qui reliait Mbanga Nkongsamba, laissant dans le plus grand dénuement plu¬sieurs villages. Aujourd'hui, la gare de Nkongsamba est un site «mort» et sinistré.

Un dernier mot sur le décès d'Ateba Eyene...

Sa disparition nous rappelle la fragilité de l'homme mortel. Je garde de lui le souvenir d'un homme qui n'avait pas l'estime d'Abel Eyinga, originaire comme lui du Sud. L'icône Eyinga avait refusé de coopter Ateba Eyene dans l'équipe des patriotes en 2008 quand je le lui avais proposé. Paix à leurs âmes respectives.

© RAOUL GUIVANDA | L'Oeil du Sahel

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau