Cameroun - BERTOUA : Le commandant du Bataillon d’infanterie motorisé limogé

edgar.jpeg

Le lieutenant-colonel Félix Lapaix Evindi a été remplacé par le chef de bataillon Mezoui Zoué.

Avant de regagner Yaoundé mardi dernier à la fin de sa tournée sécuritaire dans les frontières entre le Cameroun et la République centrafricaine (Rca) à l’Est, Edgar Alain Mebe Ngo’o, ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef) a limogé le commandant du 81è Bataillon d’infanterie motorisé (Bim) de Bertoua, chef lieu de la région de l’Est. Sur les raisons de cette décision prise sur le terrain, aucune information n’a été dévoilée. L’on apprend en même temps que le lieutenant-colonel Félix Lapaix Evindi aurait regagné Yaoundé le même jour avec le Mindef. Cependant, des sources militaires rapportent que Edgar Alain Mebe Ngo’o a été courroucé par l’absence d’eau dans les robinets lors d’une visite le 08 avril dernier aux militaires centrafricains réfugiés au 81è Bim de Bertoua.

L’on se souvient qu’après la prise du pouvoir en Rca par la rébellion Séléka, les miliaires de l’armée régulière en déroute se sont refugiés au Cameroun. Des sources proches d’Edgar Alain Mebe Ngo’o expliquent que «le Mindef découvre qu’à Garoua-Boulaï, contrairement au contenu de ses rapports, aucune maison pour les militaires n’a été construite alors que de l’argent avait été envoyé à propos.

Le ministre s’est aussi rendu compte qu’au lieu des 45 éléments par équipe devant sécuriser les sites des projets structurants logés à l’Est, il n’y avait que 13 à Lom Pangar où se construit le barrage de retenue d’eau, autant à Nkamouna, près de Lomié, pour l’exploitation imminente du nickel et du cobalt et 14 à Mballam pour celle du fer». Les mêmes récriminations font état de ce que sur les primes de 2.000 Fcfa affectées par jour aux militaires postés aux sites des projets structurants pour leur sécurisation, seulement la somme de 1.000 Fcfa est libérée chaque jour.

«Au-delà de ces ponctions sur les primes de garde des soldats envoyés au charbon et loin de leurs familles, ces hommes n’avaient ni eau à boire ni matelas pour dormir. A Lom Pangar par exemple, les militaires dorment à la belle étoile sur le plancher de l’une des tribunes officielles construites pour la cérémonie de pose de la première pierre du barrage», indique notre source. Le lieutenant-colonel Félix Lapaix Evindi a été remplacé par le chef de bataillon Mezoui Zoué, un ancien de la garde présidentielle, qui vient de Koutaba. L’on apprend que l’ex-commandant du Bim va officier comme chef d’Etat-major du secteur militaire à Bamenda.

© Mutations : SÉBASTIAN CHI ELVIDO

Commentaires (1)

1. Bengo 14/04/2013

Il s'agit du Lieutenant-colonel MEZUI ZO'O Elie Romance et non MEZOUI ZOUE

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau