Cameroun - Au Tribunal: 12 personnes impliquées dans les salaires fictifs au Minfi

Parmi elles, des employés d'une micro-finance qui sont accusés d'avoir distrait 156 millions de FCFA. Il est déjà 10h lorsque l'audience du mardi dernier prend son envol L'audience de l'affaire Ministère public et Ministère des Finances contre Mfouapon Alassa et autres commence par l'appel des accusés, ce mardi 10 septembre 2013 au Tribunal criminel spécial (Tcs).

On note l'absence de deux d'entre eux, Mfouapon Alassa et Ndo Solange Baker épse Emini. Le Président du Tribunal indique aux conseils de ces derniers qu'il est souhaitable qu'ils soient là à la prochaine audience rogatoire. M. Mfouapon est absent parce qu'il se trouverait en Europe. Son conseil est chargé de le mettre au courant de la procédure. Ensuite, le greffier du jour fera un rappel de la dernière audience, au cours de laquelle la liste des témoins et les procès-verbaux des interrogatoires avaient été requis. L'avocat général Bikong Mafock produira ainsi sa liste de cinq témoins et distribue une copie à chaque partie en cause dans le procès. Les quinze minutes qui suivront, verront la défense se plaindre de n'avoir pas reçu la liste à temps pour des raisons de «bonne règle».

La défense aurait souhaité recevoir les modifications de la liste selon l'article 414 alinéa 2 du Code de procédure pénal, cinq jours avant. Le Président du Tribunal Michel Jean Claude Onana met fin à l'audience en décernant un mandat d'amener contre Ndo Solange Baker épse Emini. Le procès est suspendu pour «production éventuelle des listes de témoins et pour ouverture des débats». Elle reprendra le 2 octobre à 9h. Mfouapon Alassa et 12 autres personnes sont accusés d'avoir détourné la somme de 156 millions de FCFA par le moyen de «salaires fictifs» domiciliés à l'établissement de microfinance de 2e catégorie, Fiffa.

L'affaire est ouverte au Tcs au dossier. N°006/ RG-TCS/ 2013. Pour des postes inexistants, ils auraient payé des salaires à des individus sans raison. Le procès avait d'abord connu une première phase. Les audiences qui ont lieu ces derniers temps voient la liste des accusés rallongée. On parle d'employés de la Fiffa, de militaires et de bien d'autres corps de métier. Les débats ne commenceront que lorsque tous les accusés auront été identifiés.

© DANIELLE MOUADOUME B. (STAGIAIRE) | Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau