Cameroun - Affaire des 800 millions F.Cfa : Francis Dooh Collins arrêté puis libéré

dooh-collins060413294.jpg

La police l’a interpellé mardi dernier à l’aéroport de Nsimalen en possession d’un passeport français et l’a relâché mercredi.

Francis Dooh Collins est à nouveau en liberté. Il sort tout juste d’une brève période de détention dans les locaux de la direction de la Police judiciaire, qui a duré près de 24 heures, de mardi à mercredi derniers. Il a été libéré, selon nos sources, sur ordre du directeur de la Police judiciaire. Les sources du Jour indiquent par ailleurs que M. Dooh Collins a été interpellé dans la nuit de mardi 7 mai dernier à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, au moment où il s’apprêtait à prendre place dans un vol dont la destination ne nous a pas été précisée.

La vigilance des policiers du commissariat de l’aéroport a empêché ce voyage. Nos sources relèvent, concernant le document de transport utilisé pour essayer de quitter le Cameroun, que Francis Dooh Collins était détenteur d’un passeport français récent (renouvelé ?) et daté de février 2013 à Paris. Le Jour ignore pour l’instant les circonstances de sa remise en liberté tout comme rien n’est encore clair sur les motifs réels de sa brève interpellation.

On ignore notamment si son passeport français lui a été restitué. Nos sources indiquent toutefois que Francis Dooh Collins est actuellement sous le coup d’une interdiction de sortie du Cameroun décidée par le parquet. Et il aurait tenté de braver cette interdiction grâce à l’utilisation d’un passeport français. Le Jour a essayé en vain de le contacter hier. Qui est ce Francis Dooh Collins?

Francis Dooh Collins est membre d’une fratrie bien connue au Cameroun et dont les illustres frères sont le député Rdpc de la circonscription du Wouri, Albert Dooh Collins, et le très renommé publicitaire Georges Dooh Collins. Mais il est surtout connu pour avoir accompagné le Vice-Premier ministre Amadou Ali, du temps où celui-ci officiait comme ministre de la Justice, chargé de la lutte contre les détournements de deniers publics.

Francis Dooh Collins aurait, en ce temps-là, fourni des prestations de services toutes particulières, notamment des recherches d’informations sur les comptes bancaires à l’étranger de hautes personnalités de la République. C’est d’ailleurs l’effectivité ou non de ces prestations de services qui sont à l’origine de ses ennuis judiciaires. Tout est parti d’un câble de Wikileaks indiquant que Amadou Ali aurait confié à M. Dooh Collins de fortes sommes d’argent, environ 800 millions FCfa, afin de mettre la main sur les fonds détournés et placés à l’étranger par de hauts dignitaires du pays, emprisonnés pour la plupart.

Le même câble laissait croire cependant que lesdits fonds n’auraient pas été utilisés pour ladite mission, pressentant une prestation de services fictive. La presse a d’ailleurs récemment révélé toute la difficulté du procureur général près le Tribunal criminel spécial, Emile Zéphirin Nsoga, à obtenir, sur procès-verbal, les explications de M. Dooh Collins sur cette rocambolesque affaire. « Si M. Dooh Collins a été libéré 24 heures après son interpellation à l’aéroport, c’est certainement parce que l’enquête sur l’affaire des 800 millions F.Cfa n’est pas encore bouclée et rien ne permet pour l’instant de le garder », indique une source du Jour.

© Le Jour : Claude Tadjon

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau