Cameroun. 2ème pont sur le Wouri: Le site officiel fermé au public

1347364621309.jpg

L’accès à l’endroit qui doit abriter la cérémonie officielle de la pose de la première pierre du deuxième pont sur le Wouri, qui sera présidée par le chef de l’Etat, est interdit à toutes personnes étrangères. Construit sur les berges du fleuve Wouri à Déido, le lieu subit quelques modifications et des soins d’entretien au quotidien en attendant le fameux jour J.

Douala continue de se préparer pour accueillir la cérémonie officielle de la pose de la première pierre du deuxième pont sur le Wouri. Sur le site en question, l’heure est aux derniers réglages. Là, rien n’est fait au hasard comme on peut l’observer mercredi 23 octobre 2013. Il est environ 12 heures. La capitale économique est la proie d’une canicule étouffante. Les rayons de soleil qui sèchent le sol de la ville de Douala ne semblent pas inquiéter outre mesure les six ouvriers qui occupent cet endroit tout de blanc décoré. Quelques hommes en tenue vont et viennent. Au milieu des tentes blanches et climatisées qui sont dressées autour de la tribune présidentielle.

Ces tentes sont en train d’être lavées par deux agents d’entretien habillés en chasuble orange et vert. Ceux-ci, chassent les couches de poussière sur les bâches et les mares d’eau qui stagnent sous ces tentes. Non loin de ce groupe, deux autres personnes se servent de planches pour construire un piédestal qui, selon une indiscrétion, servira d’emplacement pour les cameramen et photographes le jour J. Toutefois, même si les habitants de la ville économique peuvent profiter d’une vue de profil, l’accès sur le site est strictement interdit à toutes personnes étrangères.

« Personne n’est autorisé à accéder sur le site ou à prendre des photos », lance l’un des ouvriers à l’endroit du reporter de votre journal qui vient à peine de fouler le sol des lieux. Après les civilités, la menace devient plus présente. « Le responsable des travaux n’est pas là. Nous n’avons rien à dire, encore moins aux médias. Veuillez quitter les lieux et si vous voulez attendre le responsable, allez le faire ailleurs», fulminent ces manœuvres à l’unisson. Après plusieurs tentatives de dialogue, ces ouvriers sont restés fermés dans le mutisme comme des huîtres dans leurs coquilles.

Cependant, on peut néanmoins observer les deniers réglages qui sont en train d’être faits sur le site qui abritera à une date toujours incertaine la pose de la première pierre du deuxième pont sur le Wouri. « Les travaux sont complètement finis, maintenant, ce sont les petites modifications qui sont en train d’être faites. Ces ouvriers veillent surtout sur l’entretien des lieux parce qu’il faut garder le site propre pour éviter les surprises de dernière minute », explique une source proche du chantier.

En effet, la date officielle de cette cérémonie de pose de la première pierre qui sera présidée par le président de la République, reste pour l’instant un secret pour les habitants de Douala. Pourtant le début effectif des travaux de construction de cet ouvrage d’art très attendu est annoncé pour le mois de janvier 2014. Son coût est évalué à 120 milliards Fcfa et la durée prévisionnelle des travaux est de 36 mois. Près de cinq entreprises conduites par la société Sogea-Saton sont chargées de l’exécution de l’ouvrage.

Focal. Des millions Fcfa... pour rien

On serait tenté de le dire au regard des faramineuses sommes sorties (chut, c’est un secret !) des caisses de l’Etat pour la construction de cette fameuse tribune qui servira à accueillir autorités administratives, politiques, traditionnelles…et Paul Biya, lors de la pose de la première pierre du deuxième pont sur le Wouri. De l’argent qui aurait pu servir, par exemple à construire des lieux de loisirs, Dieu seul sait que la ville en a besoin, ou encore à créer des Pmes / Pmi pour résorber le chômage mais qui est englouti dans cet autre tonneau des Danaïdes qui, après la cérémonie ne servira plus à grand-chose. Du gâchis simplement!

De tels gaspillages, dilapidations, on en voit qu’au Cameroun et rarement ailleurs. Où pour une cérémonie qui aurait pu se tenir en toute sobriété pour un ouvrage qu’on attend depuis plusieurs dizaines d’années, l’argent du contribuable est utilisé à des fins clinquantes. Sinon, à quoi serviront ces tribunes qui se dressent fièrement non loin des berges du Wouri après la venue moult fois annoncée et repoussée de Paul Biya à Douala. A rien ! Si ce n’est du gaspillage, cela y ressemble.

Marie Louise MAMGUE / B-P.D.

@Le messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 24/10/2013