Cameroun : 25 millions pour acheter la conscience et le silence de Youmo Koupit Adamou

youmo-koupit-adamou160513300.jpg

Le membre du bureau politique de l’Udc dit être victime de toutes sortes de menaces de la part de certains hommes non identifiés depuis l’annonce formulée de ne pas accepter la casquette de sénateur suppléant.

C’était au cours d’un point de presse donné hier lundi au siège de l’Union démocratique du Cameroun par la tête de liste à la sénatoriale du 14 avril dernier. Face aux hommes de médias, Koupit Adamou a laissé entendre qu’«on est venu rencontrer mon épouse vers 18h pour que j’accepte cette nomination de Paul Biya ». Avant de préciser que ces personnes se faisaient passer pour des journalistes qui venaient recouper l’information concernant ma nomination. L’on apprend de ce militant de l’Udc que «pendant la conversation, ils ont promis me reverser la somme de 25 millions pour que je revoie ma position qui ne fait pas honneur au Président Biya, ce que j’ai refusé puisque cela ne cadre pas avec les idéaux de mon parti». Une information suffisamment grave qui démontre qu’il y a tentative de corruption et les services compétents devraient se saisir de ce dossier.

Le membre du bureau politique du parti de Ndam Njoya est clair : «Je vous ai réuni ici pour espérer mettre un terme à une polémique et toutes sortes de supputations répandues par certaines langues de mauvais aloi. Je tiens donc à préciser que je reste militant de mon parti dans lequel on fait confiance aux jeunes et aux femmes». Il se dit d’ailleurs surpris par cet acte du président Paul Biya qui vient confirmer la cabale et la manipulation orchestrée depuis quelques temps contre l’Udc car pour lui, il s’agit d’une nomination au rabais. Cela ne l’empêche pas de manière ironique de remercier le locataire d’Etoudi « Je remercie le chef de l’Etat pour m’avoir fait confiance. Mais je dis non 3 fois parce que je n’ai pas été consulté, je ne vends pas mon âme». Le fond de ce rejet catégorique d’un décret du chef de l’Etat réside au niveau de la cohabitation entre un représentant du Dr Adamou Ndam Njoya et le sultan des Bamoun, Ibrahim Mbombo Njoya.

Les deux personnalités se livrent une bataille sous marine pour le contrôle du département du Noun. L’un est maire et président de parti et l’autre chef traditionnel et membre du bureau politique du Rdpc. D’où les interrogations sur le but recherché dans ce ménage pas du tout tranquille. Pour l’épouse de l’ancien ministre de l’Education nationale, Patricia Ndam Njoya ce couple (Ndlr) entre la tête de liste et le neveu de son mari ne peut prospérer car le monarque «brime la population, abuse celle-ci et ne saurait bénéficier d’une quelconque attention». Elle en veut pour preuve les évènements survenus le 1er Janvier 2013 où les militants de l’Udc et la milice de la cour royale s’étaient affrontés. En attendant la suite des hostilités, l’on se demande si Paul Biya va digérer ce défi que vient de lui lancer le candidat malheureux à la présidentielle de 2011, classé 4è avec un pourcentage de 1,7336%. Ou bien jusqu’où peut aller le leader des démocrates camerounais, lui qui aurait déjà tourné la page de la sénatoriale pour préparer les échéances à venir.

Déclaration de l'Union Démocratique du Cameroun relative a la nomination de Monsieur Youmo Koupit Adamou comme Sénateur suppléant dans la région de l'Ouest par le président de la République

- Considérant les dispositions de L’article 20 de la Constitution de la République du Cameroun, autorisant le chef de l'Etat à nommer 30 Sénateurs ;

- Considérant le décret présidentiel de la 08/05/2013 portante nomination de 30 Sénateurs à la suite des élections sénatoriales du 30 Avril 2013 ;

- Considérant la nomination de Monsieur Youmo Koupit Adamou, Tête de liste Udc aux dites élections comme me suppléant de Monsieur Mbombo Njoya Ibrahim, membre du bureau politique du Rdpc,

- Considérant que L’une des missions régaliennes du chef de l'Etat est de préserver la Concorde nationale, la justice et la paix sociale ainsi que le fonctionnement cohérent des institutions et de la démocratie ;

- Considérant que les élections constituent le socle sur lequel repose la démocratie et la République;

- Considérant que toute dérogation a ces principes fondamentaux ci-dessus mentionnés devrait participer à rétablir la justice sociale et améliorer le perfectionnement fonctionnel ou structurel des institutions de la République.

Fort de ce qui précède, l'Union Démocratique du Cameroun déclare que:

1- La nomination d'un membre du bureau politique et tête de liste Udc aux élections sénatoriales en la personne de Monsieur Koupit Youmo Adamou comme suppléant de Monsieur Mbombo Njoya Ibrahim, membre du Bureau politique du Rdpc est contraire aux principes démocratiques, aux valeurs républicaines et a l'éthique politique.

2- La concertation, le dialogue et l'éthique républicaine doivent être à la base de toute consultation aboutissant à des nominations.

3- L'Union Démocratique du Cameroun ne se reconnait pas dans la démarche avant conduit a La nomination de son militant comme suppléant d'un sénateur membre du Rdpc et rejette par conséquent ladite nomination.

En appelle aux militants et sympathisants de l'Union Démocratique du Cameroun (Udc), ainsi qu’à tous les démocrates et républicains à plus de vigilance face aux manœuvres et tentatives de déstabilisation du parti, des principes et valeurs républicaines.

Le Président National, Dr Adamou Ndam Njoya

© Aurore Plus : Dimitri Amba

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau