Camair-Co: Ce qui attend le nouveau DG

La reprise en main du transporteur national est en marche. Hier à Douala, Robert Nkili, ministre des Transports, n'est pas passé par quatre chemins pour fixer la feuille de route du nouveau directeur général de Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co). Boertien Matthijs qu'il a installé a pour mission « d'amener les Camerounais à faire de nouveau confiance à leur compagnie aérienne qui doit assurer un transport de qualité». Cela passe par l'amélioration de la gestion des ressources financières et humaines.

La reprise en main des finances revient, selon Robert Nkili, « à mettre fin à l'endettement abyssal » de la Camair-Co. Il va falloir revoir le maintien de certaines dessertes qui, s'avèrent non-rentables. La tutelle du transporteur aérien insiste aussi sur la fin de quelques contrats, gouffres à sous pour la compagnie, notamment « ces dépenses de prestige en inadéquation avec le standing d'une jeune entreprise».

Des pistes existent cependant pour que Camair-Co remplisse son cahier de charges. La multiplication des vols domestiques, avec en perspective l'ouverture d'une desserte sur Ngaoundéré dont l'aéroport vient d'être rouvert. Boertien Matthijs a d'ailleurs été chargé par le gouvernement de renforcer le parc d'aéronefs de la société en accélérant le processus d'acquisition de trois avions MA60 auprès de l'entreprise chinoise Avic International Aero-Development Coorporation. Camair-Co est appelée à être plus agressive sur le plan commercial à l'heure où de grandes compagnies aériennes occidentales se lancent déjà dans le segment du « Low Cost » (bas prix).

Tous ces défis ne sauraient masquer l'obligation qui a été faite au nouveau Dg de ramener la sérénité au sein du personnel de l'entreprise. Nombre de cadres ont des préavis de départ qui courent depuis deux mois. Certains ont carrément démissionné. Preuve que la tension reste perceptible, certains employés gardent encore en souvenir que la direction a failli ne pas payer une partie du salaire annuel dû, n'eût été l'intervention de l'inspection du Travail. Autant d'éléments qui ont amené Robert Nkili à prescrire « le dialogue social » à Boertien Matthijs.

© Messi BALA | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/01/2013