BRÉSIL 2014 : LES DÉPUTÉS EXIGENT QUE SOIT OUVERTE UNE ENQUÊTE PARLEMENTAIRE SUR LA DÉBÂCLE DES LIONS

Assemblee cam021111300Réunis en session plénière le vendredi 05 Juillet au palais des verres, les députés ont demandé, qu’à côté de l’enquête ordonnée par le Président de la République, que soit également ouverte une enquête parlementaire, comme l'indique la loi.

Médiocrité, imposture, escroquerie en bande organisées seraient à l’origine de l’expédition foireuse et humiliante des Lions indomptables au Brésil. A côté de cela, c’est l’image du Cameroun qui a été ternie par des actes de barbarie en mondovision, perpétrés à la fois par les joueurs et par les encadreurs, a-t-on laissé entendre à l’hémicycle. Même si une enquête a été ouverte, sur instruction du Chef de l’Etat, les députés craignent que les enquêteurs ne fassent pas totalement la lumière, sur la débâcle de l’équipe nationale au Brésil.

La raison évoquée par Martin Oyono, député du RDPC, est que les personnes chargées de cette enquête sont juge et partie. Puisque, impliquées au premier degré, voire à l’origine de ce mondial brésilien désastreux.

De l'avis de Jean Michel Nitcheu, député du SDF, le bilan des 5 participations du Cameroun depuis 1994 aux phases finales de la coupe du monde est catastrophique. En effet, en 5 participations, le pays de Roger Milla, a essuyé 9 défaites contre 4 matchs nuls, et seulement une petite victoire. Pour le député, le gouvernement doit répondre de ses actes et expliquer pourquoi, "des fonctionnaires ont quitté leur bureau ministériel, pour aller en villégiature au Brésil avec près de 15 millions de Fcfa de frais de missions, contre 4 seulement à Roger Milla, qui a fait briller l’image du Cameroun, plus que tous ses dirigeants réunis".

Les députés se sont également accordés sur le fait qu’il n’était pas possible d’avoir les résultats probants sur cette affaire, en seulement 30 jours, comme l’a exigé le Chef de l’Etat. Ils se sont par ailleurs insurgés sur le fait que l’exécutif ne veuille pas mêler le législatif dans ladite enquête, lors même que des représentants de l’Assemblée nationale et du Sénat faisaient partie de la délégation officielle.

Du côté du Sdf, on pense que la première décision que devrait prendre le chef de l’exécutif, c’est de démissionner le ministre des Sports, qui n’accorde aucunement d’importance aux autres disciplines sportives, en dehors du Football, où il y a le "gombo" (Ndlr l'argent).

Sous un autre plan, Joshua Osih souligne que l’enquête qui a été confiée à la Dgsn et autres, accouchera d’une souris. Pour la simple raison, que c’est dans les bureaux des pontes du régime, que se décident souvent le recrutement des joueurs.

A preuve, le jeune Ntep actuellement titulaire chez les cadets de l’équipe nationale de France, s’est vu demandé la somme de 25 millions de F Cfa, s'il voulait être appelé dans la sélection camerounaise. Il affirme également, que la délégation chargée de suivre les talents camerounais à l’étranger, ne ramène en sélection, que ceux qui auraient préalablement monnayer.

Pour l’ensemble des députés, toute chapelle politique confondue, c’est pour toutes ses raisons, qu’une seconde enquête, indépendante de la première, doit être ouverte.

© Camer.be : Flore Honga

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau