Bétaré-Oya (EST): Braquages à répétitions dans les sociétés minières

Selon une source policière proche de l’enquête de ce énième forfait, la victime n’est autre qu’une société chinoise dénommée « Mindou sarl ». Le braquage en question a eu lieu dans la nuit de samedi 29 au dimanche 30 décembre 2012. Cette nuit-là, « Environ dix assaillants cagoulés et bien armés sont venus par le fleuve Lom, à bord d’une pirogue attaquer les Chinois propriétaires de cette entreprise d’exploitation minière. Après avoir ligoté ces derniers dans leur camp essentiellement constitué des tentes, les dits malfrats vont leur infligé une bastonnade mémorable avant d’ôter leurs téléphones portables, valises, passeports, argent et une importante quantité d’or, fruit du travail d’une semaine. L’un des chinois qui voulait opposer une résistance au cours de cette attaque, s’est en sorti avec une blessure grave sur son œil ».

L’opération terminée, les brigands en question vont prendre la poudre d’escampette à bord de la même pirogue pour une direction inconnue. Informé, les forces de l’ordre de la localité ont lancé une chasse à l’homme qui n’a pas encore abouti à leur arrestation. Notons que l'installation depuis quelques années, d'une dizaine d'entreprises minières à Bétaré-Oya, dans le département du Lom-et-Djerem, attire de plus en plus des individus sans foi ni loi dans cet arrondissement situé à environ 200 km de Bertoua, chef-lieu de la région de l’Est. En 2012, l’on a enregistré trois cas de braquages.

Au mois de mai, le premier gang à tomber dans les filets de la gendarmerie et son butin avait été présenté au gouverneur Samuel Ivaha Diboua. Ces présumés braqueurs avaient pour noms Amoudou Fifen Djenjou, enseignant de formation, christel Aimé Ndanga et Daniel Poka Poka. Le commandant de la légion de gendarmerie à l’époque, le colonel Oumarou Ngalimou, expliquait que « les trois hommes étaient partis de Bertoua dans la nuit du 8 mai à bord d'une Toyota Corolla de couleur bleue à destination de Bétaré-Oya. A 5 heures du matin, ils ont investi le domicile d'un grand opérateur économique de nationalité chinoise. Ce dernier et tous les occupants de sa villa ont été neutralisés, torturés et ligotés. Les malfrats ont ensuite emporté avec eux des passeports, une quantité d'or et près de 60 millions de francs Cfa ». Comble de malheur, un voisin qui avait vécu le braquage à distance, alerte la brigade de gendarmerie de Bétaré-Oya qui, à son tour avait saisit le commandant de la légion. L’embuscade tendue aux bandits n’a duré que quelques heures pour les cueillir. En novembre 2012, un second gang de malfrats mêlant l’historien et homme politique Dieudonné Enoh Meyomesse, après avoir réussi son opération dans la même localité, a été rattrapé par la gendarmerie.

La ruée vers l’or

L'exploitation de l'or à Bétaré-Oya, depuis des années n’attire pas seulement des malfrats. Du beau monde accoure des quatre coins du pays pour chercher le métal précieux ou offrir des services aux sociétés minières. Les ressortissants de l'Afrique de l'Ouest qui ont une certaine expérience dans le domaine, écument les chantiers et sites miniers.

On y retrouve également des exploitants norvégiens, sud-africains, coréens, américains, chinois ou français qui se bousculent aux portillons de cette localité. Un nombre important d'ouvriers afflue chaque jour pour gonfler les rangs de la population locale. Le brassage des peuples et des cultures ici est une réalité quotidienne.

Selon Hugues Ndjoko, jeune fonctionnaire parmi les 25 milles en service à Bétaré-Oya, « La pression démographique et foncière est forte, les chambres même les plus banales, s'arrachent à prix d'or. Les coûts de loyers ont grimpé en passant du simple au quintuple. Dans la cité de l'or, aucune case n'est négligée. Tout logis est habitable et taxé au prix fort. Le coût de la vie est devenu cher. Sur le marché local, les prix des denrées alimentaires ont doublé dans les boutiques et échoppes ».

© Ange-Gabriel OLINGA B. | Le Messager

Commentaires (2)

1. Duran 17/07/2015

est il possible d'acheter de l'or sur le lieu d'exploitation??

2. NGAH AMBEME MICHEL ANGE 07/06/2016

NEW TECH SECURITY INVENT NSI est un professionnel des technologies et intégrateurs de sécurité et gestion, des énergies renouvelables pour des personnes et des biens. Entreprise citoyenne. Sa volonté de diversifier et renforcer ses offres de services s’appuyant sur le solide réseau des grands opérateurs de téléphones mobiles , fixes et des sociétés électriques par le fait que L’insécurité a un impact profondément néfaste sur son développement. L 'Afrique devrait intégrer les standards internationaux en matière de sécurité , de gestion et des nouvelles sources d’énergies parce que face aux pertes des biens et des personnes, aux accidents, aux braquages, aux actes criminels, aux vols, aux enlèvements pour rançons, au terrorisme, aux incendies, aux morts par suffocation, dans les véhicules sur la route, coupures incessantes ,délestages dans les maisons et dans les entreprises, NEWTECH a aujourd’hui la réplique par la technologie L’Afrique connaît une hausse de l’insécurité et problèmes énergétiques depuis le début du XXIe siècle, parce que le continent où le nombre de victimes, les accidents, les braquages, les actes criminels, les vols, les enlèvements pour rançons, le terrorisme, les incendies, coupures incessantes et délestages est le plus élevé. Dans un contexte de mondialisation et de fin de la guerre froide, les conflits armés ont changé de nature. Il y a débat pour savoir quel rôle jouent les facteurs économiques à côté d’autres déterminants, quelles sont les conséquences économiques des conflits et comment prévenir les conflits et en gérer les délestages prolongés c'est pourquoi la solution à l’insécurité et les problèmes énergétiques en Afrique passe par des kits accessibles NEWTECH met à la disposition de ses clients un service Support disponible 24h/24 et accessible via les canaux ci-après : Tel : +237 697 165 667 /677 606 112 ou les personnes habilitées de NSI Email : newtechs790@gmail.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau