Auditions à la PJ : Les contradictions de Libom Li Likeng

La DG des Douanes a dans un premier temps nié son passage à la Police Judiciaire. Réalisant la grossièreté de son mensonge, elle fait depuis lors dire qu'elle y a été pour répondre d'une affaire antérieure à son arrivée à la tête de la Douane. Quel méli-mélo!

libom-likeng-minette-douane.jpg

Mme Libom Li Likeng doit entretenir avec la vérité des rapports plutôt difficiles. Un comble ¬c'est le moins que l'on puisse en dire pour cette dame qui n'hésite pas, dans sa quête de crédibilité, à médiatiser sa vie religieuse et son union avec un homme d'Eglise. Le 19 février dernier, la DG des Douanes a été bel et bien, et ce des heures durant, entendue par les responsables de la Sous-direction des Enquêtes Economiques et Financières de la Direction de la Police Judiciaire pour le Centre (DPJ). Seulement, à ses yeux, cette audition dépareille avec l'image de sainte nitouche qu'elle s'est construite, grâce notamment à la complicité d'une certaine presse. Un château de cartes en somme ! On peut aisément, dès lors, imaginer l'étendu de son embarras quand La Météo, un des rares médias qui ne mange pas dans sa main, lui faxe le 21 février 2013 une lettre de recoupement d'informations en rapport avec son audition à la DPJ.

Bien qu'entouré d'une bienveillante discrétion, le bihebdomadaire le plus lu au Cameroun a bénéficié des fuites d'un haut degré de fiabilité non seulement sur le fait que la DG venait d'être entendue à la DPJ, mais aussi sur l'objet de l'interrogatoire même. Quoiqu'assurée du sérieux de sa source, La Météo dont le professionnalisme n'a jamais été pris à défaut pense équilibrer son information en sollicitant par les voies les plus normales le son de cloche de Mme Libom Li Likeng. Il convient de rappeler que la démarche contradictoire ne saurait être prise comme une volonté de fragilisation de la matière première informationnelle, encore moins comme un appel du pied à la camerounaise, mais est plutôt le critère principal de toute enquête journalistique digne de ce nom.

La grande royale de la douane camerounaise, au lieu de confronter ses arguments avec ceux des informateurs de La Météo, s'est aussi étrangement que lâchement réfugiée derrière un mutisme qui l'a vite desservie, parce que la présentant tout comme un gestionnaire de deniers publics qui, secret de l'instruction mise à part, a bien des choses à cacher à l'opinion. Une grosse tache d'huile sur son tailleur usurpé de madame propre. Puisque dans sa livraison du 25 février, le journal de Dakar partage avec ses lecteurs aussi bien les informations obtenues de sa source que le scandaleux mutisme de la DG des Douanes suite à ses lettres de demande de recoupement, ainsi que l'accueil délirant et horrible pour l'image de la Douane camerounaise que la secrétaire de Mme Libom a réservée aux messagers du bi-hebdo La Météo. Faut-il également rappeler que nulle part la déontologie journalistique ne subordonne la publication d'une enquête à l'expression préalable de toutes les parties concernées et plusieurs fois sollicitées en bonne et due forme? L'enquête a été publiée et la cachottière Libom Li Likeng s'en est mordue les doigts.

Panique à bord.

Réalisant après coup le caractère suicidaire de la politique de l'autruche, l'inspectrice principale des douanes a cherché des jours durant un moyen susceptible pour elle de réagir à «l'article de La Météo», sans toutefois en donner l'air. L'occasion lui est fournie à la faveur d'une cérémonie de remise de prix que nous ne commenterons pas faute d'en avoir obtenu pour l'heure les critères de sélection du jury et les méthodologies de travail de celui-ci, dont elle est la lauréate. Ce 4 mars donc, aux journalistes invités, Libom Li Likeng réfute son passage à la PJ. Allant plus loin, dans son numéro de cirque, elle se paye insidieusement la tête des journalistes de La Météo dont elle a, toute honte bue, fui auparavant les questions écrites. Seulement quand la presse reprend ses propos le lendemain selon lesquels elle n'a jamais été entendue à la PJ, c'est le résultat inverse qui se produit. Son entourage lui fait observer que son audition relève depuis lors du secret de polichinelle, et que nier une vérité déjà sur la place publique n'est rien d'autre qu'une entreprise périlleuse et lourde de conséquences pour le peu de crédibilité qui lui reste.

Rétropédalage.

La «pieuse» DG admet son passage à la PJ. Elle serait même à l'origine de la publication de sa lettre-convocation dans la presse à l'effet de donner plus de poids à la version relayée dans la même colonne et, qui lie son audition à une étrange affaire d'importation trompeuse de savon vers le Tchad. N'y voyez pas d'arrangement, l'affaire remonte à 2006. Soit deux ans après sa nomination à la tête de la Direction Générale des Douanes! Est-ce une opération de blanchiment d'image ou cela y ressemble seulement? On peut juste observer que pour une affaire «ne la concernant pas directement», Libom Li Likeng est passée par tous les registres : Mutisme, démenti et enfin inspiratrice d'histoires décousues. Vite, un prix de la meilleure scénariste de tous les temps pour la DG des Douanes. Des distinctions en trompe-l’œil, elle en raffole!

© Yves Marc Kamdoum | La Météo

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau