Au Cameroun, «la prison n'est pas un lieu de villégiature»

Après Amnesty International, c'est au tour des avocats de Lydienne Yen Eyoum de dénoncer les conditions de détention dans les prisons camerounaises. Lydienne Yen Eyoum est une avocate franco-camerounaise en détention provisoire depuis plus de trois ans dans la prison de Nkondégui, où Amnesty a enquêté. Elle avait été arrêtée début 2010 dans le cadre de l'opération anti-corruption Epervier. A une semaine de la visite en France du président camerounais, Me Caroline Wasserman, son avocate française attire l'attention sur son sort et sur les conditions de détention qu'elle endure. Mais le gouvernement ne l'entend pas de cette oreille.

.Par RFI

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau