Assistance: Le PMUC au chevet des prisonniers de new-bell

Fidèle à un engagement citoyen désormais vieux de 17 ans, le Pmuc a séjourné ce 20 décembre 2012 à la prison centrale de Douala, afin de clôturer la série de compétitions sportives qu’il y soutient chaque fin d’année dans ce pénitencier, depuis le lancement de ses activités. En effet, pendant un mois, les détenus de la prison centrale de Douala ont eu l’occasion, grâce à l’engagement citoyen de cette entreprise de paris hippiques et sportifs, de s’aérer l’esprit en participant ou en assistant à l’un ou l’autre des tournois, collectivement dans le cadre de leurs cellules respectives pour ce qui est du football, du basket-ball et du volley-ball, et individuellement en ce qui concerne les jeux de société (dames et ludo).

Ces compétitions ont mobilisé toutes les catégories de prisonniers. Des mineurs aux personnes du 3e âge, en passant par les handicapés et les condamnés à mort. En marge des festivités sportives, le Pmuc a respecté une habitude vieille aussi de 17 ans. Celle de remettre des dons des vivres et des produits de première nécessité à tous les pensionnaires, afin de leur permettre aussi de passer les fêtes de fin d’année dans la sérénité. Ces différentes actions étaient managées par le chargé de mission auprès du Pdg du Pmuc, en présence de Dieudonné Engonga Mintsang, le régisseur de la prison centrale de New-Bell.

Jean Pierre Tosi, dans son allocution circonstancielle, a insisté sur la symbolique de cet évènement de cœur. « Notre présence parmi vous, les dons de vivres, produits de première nécessité, ainsi que les primes et trophées que nous vous remettons aujourd’hui n’ont pas d’autre but que de rendre votre séjour carcéral un peu moins difficile, en cette période des fêtes de fin d’année, où nous aspirons tous à sortir de la grisaille quotidienne », a indiqué le Français, en faisant une déclaration de taille. Sensibilité «Aussi longtemps que ses moyens le lui permettront, le Pmuc s’attellera à vous aider à passer de bonnes fêtes de fin d’année, en contribuant à améliorer l’ordinaire et à vous faire évacuer le trop plein de stress par des activités sportives», a-t-il rassuré.

Ce geste a été vivement salué aussi bien par le régisseur que par les pensionnaires, qui ont momentanément oublié les moustiques et toutes les autres maux qui gangrènent cette prison. En marge de son objet principal qui est de faire, chaque jour de course, de nouveaux multimillionnaires à travers une gamme variée de jeux, le Pmuc démontre à travers ces deux interventions qu’il est sensible à la souffrance des couches les plus défavorisées de la société camerounaise, surtout en cette période de fêtes de fin d’année, où le stress et l’ennui liés à l’incarcération sont encore plus difficiles à supporter, loin des familles et des proches.

© Hervé B.Endong | La Nouvelle Expression

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/12/2012