Après la défaite: M. Antoine Ntsimi exprime ses regrets

antoine-ntsimi-cemac-008-ns-350.jpg

Le 28 septembre 2012, M. Antoine Ntsimi s'exprime son chantier inachevé dans le domaine de la facilitation des procédures des investisseurs. A cet effet, il écrit qu'il est l'homme qui se cachait derrière les différentes stratégies mises en place par la Commission pour s'affirmer sur le continent africain. Parmi ces nombreux projets figurait la libre circulation. «Tout le long le son ancien mandat, Antoine Ntsimi a toujours favorisé la libre circulation en faveur de tous les habitants de la Cemac et particulièrement ceux qui apportent un plus au niveau de l'économie de la sous région comme les investisseurs. C'est dans ce cadre que le président de la Commission œuvrait pour la diffusion du document de voyage biométrique, Ce dernier devrait être offert à tous ses investisseurs, citoyens de la zone, pour qu'ils puissent se déplacer et développer librement leurs affaires.

Avec ce passeport unique, il n'y aura plus de longues formalités à suivre au niveau des frontières», écrit-il. Toujours selon l'ex-Président, c'est grâce à lui que les pays membres de la Cemac (Cameroun, le Congo, le Tchad, le Gabon, la Guinée Equatoriale et la République Centrafrique) bénéficient déjà de quelques avantages économiques. Dans le secteur des infrastructures routières, c'est à mettre à son actif s'il y a eu la réhabilitation des réseaux routiers dans la zone. «Les habitants de ces Nations peuvent ainsi emprunter les routes avec un temps; nettement réduit.», conclut-il.

DURANT SON MANDAT UNE LUTTE ACHARNÉE CONTRE LE CHÔMAGE

M. Antoine Ntsimi ne tarit pas d'éloge envers lui-même. D'après un article qu'il poste sur son site le 25 septembre, il dit avoir mené une véritable bataille contre le chômage qui menace la jeunesse de la Cemac durant son mandat à la tête de la Commission. Il a intégré une politique de l'emploi dans le PER. «Ce choix s'expliquait sur le fait que M. Antoine Ntsimi croyait et croit toujours conformément que le manque de travail représente un frein au développement de la sous région. Or, le développement économique de la zone est l'objectif principal de la Commission. De plus, la jeunesse occupe une place importante dans la communauté. Elle englobe non moins; de la moitié de la population de la Cemac. Dans le projet «Vision 2025» les jeunes et l'emploi sont deux sujets qui ne pouvaient être dissociés et le chef de l'organisme en était grandement conscient», écrit l'ex-président de la commission de la Cemac. Il ajoute que, «Dans un premier temps, Antoine Ntsimi souhaitait concrétiser l'amélioration de la compétitivité des entreprises. Cet ancien ministre camerounais était convaincu du résultat positif que pourrait apporter le développement du secteur libéral et professionnel, notamment dans la génération d'emplois. Ces emplois profiteront particulièrement aux jeunes. Dans cette démarche de création de travail, l'ancien Président de la Cemac encourageait tous projets et initiatives allant dans ce sens.»

LE PASSEPORT BIOMÉTRIQUE ÉTAIT L'UN DES PROJETS PHARES

Le 5 octobre 2012, M. Antoine Ntsimi revient à charge. Cette fois, il parle du passeport biométrique tant annoncé mais jamais mis en circulation. A ce sujet, il écrit: «Antoine Ntsimi a mené une lutte acharnée pour la mise en place du passeport unique.» Ensuite, il pose une problématique suivante: Mais quels sont les véritables enjeux de ce document de voyage? La réponse reste théorique. L’ex-ministre des finances au Cameroun indique que le passeport biométrique cache d'une part, une délimitation temporelle.

En disposant de ce laissez-passer, les citoyens de la communauté Cemac peuvent gagner du temps au niveau de leurs divers déplacements. Et pour cause, ils n'auront plus à attendre plusieurs jours ou quelques semaines pour obtenir une autorisation de passer les frontières. Ce projet représente donc une étape indispensable dans la réalisation du PER. Il joue un rôle prépondérant dans les démarches en vue des réformes institutionnelles que l'ex Président de la Commission souhaitait mettre en place. La suite de la démonstration de M. Ntsimi reste tout aussi théorique car ne montrant pas comment il a véritablement œuvré pour que le passeport biométrique soit effectif en zone Cemac. «Délimiter l'espace constituait un autre objectif de ce projet d'Antoine Ntsimi. La Cemac recouvre six pays de l'Afrique Centrale. De ce fait, elle dispose d'une surface étendue. Sans ce document de voyage, les habitants de chaque pays membre peine à obtenir l'autorisation de se déplace. Les échanges qui occupent un rôle important dans la mise en œuvre d'une espace économique épanouie rencontrent ainsi un obstacle de taille. Grâce au passeport unique, celui-ci ne sera plus qu'un lointain souvenir. Les investisseurs comme le reste de la communauté peuvent circuler en toute liberté.», peut lire.

SOMMET ACP A MALABO: DÉSACCORDS SUR L'AVENIR DU PARTENARIAT AVEC L'UE

Les pays membres du groupe Afrique Carabes Pacifique (ACP) et l'Union européenne (UE) ont exposé leurs désaccords dès l'ouverture, jeudi à Malabo, du 7e sommet ACP consacré essentiellement à l'avenir du partenariat avec l'UE, a constaté un journaliste de l'AFP. «L'une des pommes de discorde, ce sont les négociations des Accords de partenariats économiques (APE)», a déclaré dans son discours d'ouverture le secrétaire général du groupe ACP le Ghanéen Mohamed Ibn Chambas, en présence d'une quinzaine de chefs d'Etat. «La Commission européenne a imposé la date butoir de janvier 2014 (prolongé à janvier 2016) pour la finalisation de ces négociations et va pénaliser les pays qui ne sont pas à même d'atteindre un accord sous ce délai», a déploré Mohamed Ibn Chambas.

La discorde porte notamment sur la décision du Parlement européen de réduire à partir de 2014 le nombre de pays bénéficiant du Système de préférence généralisé, qui propose des réductions de droits de douane ou un accès au marché communautaire en franchise de droits pour les exportations de 178 pays et territoires en développement. Le taux d'ouverture aux produits et services européens sera aussi au centre des pourparlers, l'UE demandant 80% alors que l'Afrique centrale n'est prête à en concéder que 71%. «Après une dizaine d'années de négociations (au sujet des APE), nous sommes loin de parvenir à un accord», a souligné pour sa part John Dramani Mahama, le président du Ghana qui avait accueilli le dernier sommet ACP en 2008. M.Mahama a qualifié de «déplorables» les échéances fixées pour la fin des négociations. «A part quelques détails, notre offre de partenariat pour le commerce est claire a réagi le commissaire européen chargé du Développement, Andris Piebalgs. «Le temps est venu pour les ACP de s'engager ou non dans ce partenariat et d'en recueillir les fruits ou non», a-t-il lancé dans son allocution. «Ne pas saisir cette opportunité serait regrettable», a ajouté le responsable européen, soulignant que «le partenariat UE-ACP a un rôle essentiel à jouer».

De son côté, le président équato-guinéen Teodoro Obiang a proposé «la création d'une organisation de coopération économique Sud-Sud» dont Malabo serait «le berceau», ou de «renforcer le groupe des 77 afin de le réorienter vers des objectifs, politiques, économiques et commerciaux pour les pays du Sud». Le Groupe des 77 aux Nations unies est une coalition de pays en voie de développement conçue pour promouvoir les intérêts économiques de ses membres et augmenter leur capacité commune de négociation.

Créée par 77 pays, il en compte actuellement 132. Grâce à ses pétro-dollars, la Guinée équatoriale est beaucoup plus présente sur la scène internationale ces dernières années, la coopération Sud-Sud étant l'un des chevaux de bataille de son président. Parmi les chefs d'Etat participant au sommet figurent l'Equato-guinéen Teodoro Obiang, le Gabonais Ah Bongo, le Tchadien Idriss Deby, le Camerounais Paul Biya ou encore le Béninois Thomas Yayi Boni. Le Groupe ACP a été institué par l'Accord de Georgetown en 1975 et compte 79 Etats membres dont 48 d'Afrique sub-saharienne, 16 des Caraïbes et 15 du Pacifique.

© Sylvain Andzongo | Repères

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau