Après attaque de Kolofata, Yaoundé et Boko Haram échangent les corps de leurs éléments morts

Pix 1407185682e205442 1

Cameroun, le 4 aout 2014 © koaci.com – Une délégation de l’armée camerounaise (deux kotoko et deux arabe-choas) a rencontré le 1er août 2014, aux environs de 16h à Kamouna (localité camerounaise de Hile-Halifa), une délégation de Boko Haram, a appris koaci.com.

Pendant la rencontre, les débats ont tourné autour de l’échange des corps des personnes mortes. Selon notre informateur, les discussions ont débouché jusqu'ici sur la remise au Cameroun de 12 corps de militaires tombés dans la bataille de Bargaram.

Dix corps, minés, restent sur le champ de bataille. En échange de leur restitution et de la totalité des véhicules saisis à l’armée, Boko Haram Rechercher Boko Haram demande la libération d’un de leurs agents arrêté et détenu à Kousseri pour défaut de CNI.

Selon la même source, les deux parties ont été mises en contact, par le maire de Fotokol (Extrême-Nord du Cameroun), RAMAT.

Ce dernier aurait utilisé ses relations pour obtenir le contact des Boko Haram Rechercher Boko Haram de la zone. Un groupe des forces de défense camerounaise, dans lequel figurait le Commandant de la brigade d'Afadé a joint sur la base des coordonnés fournies par le maire, les Boko Haram, à fin de récupérer les corps.

 Toujours selon notre informateur, Boko Haram Rechercher Boko Haram a dit ne rien à voir contre le Cameroun.

Leur attaque de Kolofata, est une réaction contre le Vice premier ministre, Amadou Ali, qui a gardé presque tout le butin lors de la libération de la famille française Fournier.

Koaci.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau