Ambiance: L’Ouest applaudit la promotion de Marcel Niat Njifenji

Une bonne partie de l’opinion dans la région a jubilé face à cette nouvelle position du patriarche de Bangangté, porté au perchoir du Sénat. Et pense que la région est prise en compte dans le jeu d’équilibre des pôles de pouvoir et en matière de partage du «gâteau national».

Les populations de la ville de Bangangté n’ont pas contenu leur joie à la suite de l’élection de Marcel Niat Njifenji à la présidence du sénat. Jonas Kouamouo, président de la section du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) et promoteur d’une pharmacie de la place manque de mots pour décrire son sentiment de satisfaction. «Nous sommes heureux ici à Bangangté. Notre joie est immense. Nous sommes contents pour l’élection de monsieur Niat. Nous disons merci au président de la République et président national de notre parti, Paul Biya», jubile-t-il. Non sans manquer de préciser que cette promotion de l’ancien maire de Bangangté au perchoir de la haute chambre traduit la consécration de «la fidélité du département du Ndé aux idéaux du Rdpc et options gouvernementaux de Paul Biya.»

Depuis l’avènement du Cameroun au pluralisme politique, le département du Ndé est la seule circonscription dans laquelle les partis de l’opposition n’ont jamais pu conquérir un siège de député. De même, à l’exception d’avoir trôné à la mairie de Tonga conquise par le Front social démocrate (Sdf en anglais) aux termes des élections municipales de janvier 1996, les formations politiques hostiles au Rdpc n’ont jamais contrôlé les mairies du département des trois lettres. Aussi, le fait que Marcel Niat Njifenji ait passé une quinzaine d’années de sa carrière politique dans les attributs de délégué permanent du comité central du Rdpc à l’Ouest est brandi comme une consécration.

Président de la section Rdpc de la Mifi Ouest à Bamougoum et député à l’Assemblée nationale, Joseph Confiance Fongang salue cette désignation de son « frère de l’Ouest ». « Au niveau de notre section, nous accueillons favorable cette promotion de Marcel Niat. C’est à féliciter. Nous disons merci au chef de l’Etat de lui avoir fait confiance. Nous prions le bon Dieu de l’accompagner dans l’accomplissement de la lourde charge qui vient de lui être confiée», soutient-il.

Partage du gâteau national

En l’absence de Marcel Niat aucune réjouissance de grande envergure au niveau de sa résidence sise au lieu-dit Mandja à Bangangté. Les vigiles en faction devant l’entrée principale de cette grande concession sont justes contents d’apprendre que leur patron vient de connaître une nouvelle ascension politique. Reste qu’à Bafoussam, les hommes politiques, toutes tendances confondues, estiment qu’enfin la région de l’Ouest obtient une place de choix au sein des institutions de la République. Et est prise en compte dans le cadre de « la politique du partage du gâteau national ».

Certains militants du Sdf trouvent que cette position enviable constitue un boulevard ouvert aux fils de la région en cas de vacance au sommet de l’Etat. Cependant, ils se veulent méfiants en évoquant la longévité de Marcel Niat Njifenji à la tête de la défunte Société nationale d’électricité (Sonel). Surtout que pour eux, il y a trôné en tant que «homme des Français». Une manière de passer un message…

© Guy Modeste DZUDIE | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau