Ambiance de guerre à Waza depuis la nuit du vendredi 16 mai 2014. Mis au parfum, Paul Biya réagit

 

Bir 1

Dans l’arrondissement de Waza, région de l’Extrême-Nord, il règne une ambiance de guerre depuis la nuit du vendredi 16 mai 2014 à la suite d’une attaque perpétrée par des présumés membres de la secte Boko Haram, lourdement armés

 Dans l’arrondissement de Waza, région de l’Extrême-Nord, il règne une ambiance de guerre depuis la nuit du vendredi 16 mai 2014 à la suite d’une attaque perpétrée par des présumés membres de la secte Boko Haram, lourdement armés.

«Ils ont effectué des frappes à l'armes lourde avant d’entrer en possession de leurs cibles» renseigne un commissaire de police joint au téléphone depuis Maroua. Un premier bilan non officiel de cette agression, faisait état de dix chinois Kidnappés, plusieurs personnes portées disparues et plusieurs morts et blessés. Une correspondante locale de la radio publique a déclaré au journal de 13h qu’il y a eu un mort, le nommé Abdou Bouba au sein des éléments du BIR (Bataillon d’intervention rapide).

La riposte de l’armée camerounaise a plongé la ville de Waza dans une ambiance de guerre. Depuis ce matin du samedi 17 mai, la population prise de panique, quitte la ville pour diverses destinations. Face à la ténacité et la détermination des assaillants à rejoindre leur base avec leurs butins, les forces armées qui ont reçu du renfort, ont quadrillé la ville. L’on parle d’un combat très violent entre les deux parties en ce moment…

Informé de la situation depuis Paris où il prend part à un sommet sur la sécurité au Nigeria, Paul Biya, le chef de l’Etat et chef suprême des armées, aurait donné des instructions «fermes» pour que l’ordre soit rétabli. «Il a ordonné que tous les moyens spéciaux soient débloqués pour venir à bout des assaillants. Il est en contact permanent avec ses collaborateurs pour le compte rendu de l’évolution de la situation» indique une source à la Présidence de la République.

Cet autre Kidnapping survient au moment où six chef d’Etat, dont Paul Biya du Cameroun et Goodluck Jonathan du Nigeria, sont réunis à Paris pour trouver les voies et moyens pour lutter contre la secte Boko Haram et les différents groupes rebelles qui sèment l’insécurité tout au long des frontières de la sous région d’Afrique centrale.

© Adeline Atangana | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau