Affaire Olanguena: Les avocats de l'ex-Minsanté dénoncent un règlement de comptes

Maîtres Mong et Assamba présentaient hier leurs plaidoiries sur les volets Vision Sarl et le livre Sida en terre d'Afrique.

image-1-1.jpg

Le deuxième dossier de l'affaire Olanguena a été plaidé hier, lundi 15 juillet 2013, par Maîtres Assamba Et Mong, les deux conseils de l'ex-Minsanté. En débats, les détournements de deniers publics relativement au marché Vision Sarl et l'ouvrage Sida en terre d'Afrique. Sur le chef de détournement de la somme de 11,190 millions de FCFA reproché à son client, notamment le fait pour lui d'avoir, selon l'accusation, bénéficié d'un financement du Comité national de lutte contre le Sida (CnIs) pour produire son ouvrage intitulé «sida en terre d'Afrique, Me Assamba affirme que son client n'a reçu aucun centime de l'Etat pour la fabrication de son livre».

L'ouvrage, indique-t-il, a entièrement été financé par l'éditeur français Privat. Dans ses plaidoiries, l'Avocat rappelle que les dispositions financières du contrat d'auteur sont claires. L'article 2(2) du même contrat précise que l'éditeur assume seul les risques financiers de la publication. Toute chose qui réfute les allégations de financement de l'ouvrage sur fonds publics. Par ailleurs, soutient l'Avocat, les experts judiciaires ont, après analyse du contrat d'édition, affirmé que la production du livre n'a pas été financée par le Cnls. Intervenant pour défendre son client sur les faits de détournement de la somme de 80,864 millions de FCFA dans le cadre du marché Vision Sarl relatif à la fourniture de moustiquaires imprégnés au programme national de lutte contre le paludisme, Me Mong rappelle que son client a plaidé non coupable. D'entrée de jeu, l'Avocat soutient que l'accusation contre Olanguena procède de l'acharnement et de la volonté de nuire de la mission de contrôle du Consupe dont les membres ont préféré s'acharner sur des innocents.

Acharnement

Des investigations qui, affirme-t-il, auraient fait jaillir au grand jour l'innocence de Olanguena relativement à ce chef dont l'auteur est connu Soue Mbella, et dont il fallait tout simplement trouver les véritables complices du Ministère des Finances. Il s'agit du chef de poste de la comptabilité-matières, du contrôleur financier et du payeur général du trésor auprès de qui des carences ont été aussi décelées. Sur la responsabilité de Olanguena, Me Mong dénonce: «on impute à mon client une liquidation qu'il conteste. Comment aurait-il pu liquider un dossier qui n'est pas entré dans ses services. Aucun des services du Minsanté n'a eu à traiter ce dossier. Comment soutenir qu'il l'a traité. Ceux-là qui ont manigancé le Faux, accuse l'Avocat, ne sont pas inquiétés».

Par ailleurs, le titre de confirmation aurait pu être retourné à la Direction du Patrimoine du Minsanté, mais il a été gardé par le contrôleur financier qui l'a transmis au prestataire Soue Mbella. Les vrais coupables, poursuit-il, c'est eux. Contrairement à ce que soutient l'accusation, claironne l'Avocat, Olanguena n'a pas liquidé ce dossier. On lui fait grief de n'avoir pas ordonné une expertise de sa signature, mais il n'en n'avait pas besoin étant donné que le dossier n'est pas entré dans ses services. Et l'Avocat de conclure qu'il y a acharnement contre son client contre qui les dossiers sont montés. «Nous savons, accuse-t-il, que des gens sont tapis dans l'ombre pour satisfaire des desseins obscurs. Nous vous demandons de ne pas s'associer à cette entreprise macabre, vous êtes là pour dire le droit.

On a voulu régler un compte à Olanguena. Ce marché a servi d'occasion pour le salir. La justice doit rétablir la vérité dans cette affaire. Nous réaffirmons que le responsable du détournement est Soue Mbella qui a eu pour complices les services des Finances. Le procès fait à notre client est une grave insulte à sa probité et à sa carrière. Que le droit soit dit devant cette juridiction. Acquittez Olanguena du crime qui lui a été à tort imputé».

© EVARISTE MENOUNGA | source: mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau