Aéroports: Maroua-Salak, international en 2013

Après les travaux de la réhabilitation de la piste d'envol en 2007, avec l'installation du balisage lumineux fixe, qui permet un éclairage 24 heures sur 24, l'aéroport de Maroua-Salak remplit désormais toutes les conditions pour être déclaré de classe internationale.

Et c'est le ministre des Transports, en visite de travail dans la région de l'Extrême-Nord, qui a fait cette annonce il y a deux semaines dans le chef-lieu de l'Extrême-Nord. Robert Nkili a indiqué que les procédures sont suffisamment avancées pour déclarer l'internationalisation du quatrième aéroport du Cameroun après Douala, Garoua et Yaoundé-Nsimalen. L'organisation, en septembre 2011 à Maroua, du tout premier atelier de formation de base de tous les intervenants de la chaîne de sûreté aéroportuaire présageait déjà cette bonne nouvelle. Charles Nguetchuissi, président du comité de sûreté de Maroua-Salak, indiquait déjà: «C'est une grande première, parce que ce genre de formation a toujours concerné les personnels des aéroports internationaux. C'est parce que les autorités de I ’aéronautique ont considéré que l'aéroport de Salak, qui accueille aussi des vols internationaux et touristiques divers, répond aussi aux normes internationales en matière d'aviation civile même des Boeing 747 atterrissent déjà aussi à Maroua.»

Comme autre signe précurseur, on peut relever la réception officielle, le 1er octobre 2011, des travaux de fourniture et d'installation du balisage lumineux fixe, exécutés à hauteur de 1.795.895.107 francs par la société belge Adb (Adrien De Backer), spécialisée dans l'éclairage des aéroports. Un équipement qui a permis de relever le niveau de sécurité de cette plate-forme, en entraînant des retombées pour la région en termes d'augmentation du trafic, de développement touristique et d'exploitation pérenne de l'aéroport avec toutes les activités connexes que cela génère. Il a également permis d'adapter l'aéroport de Maroua-Salak aux normes internationales.

D'autres, travaux ont suivi en 2012, notamment l'acquisition et l'installation de deux groupes électrogènes, la livraison de deux camions anti-incendie et de véhicules spécialisés, le renouvellement des équipements météorologiques et le renforcement des effectifs en quantité et en qualité.

L'installation de ces équipements a requis d'autres travaux, à l'instar de l'éclairage de l'aire de stationnement, la fourniture d'un meuble vigie avec des équipements météo et de communication sol-air, un tableau de distribution électrique, la formation en usine et sur site du personnel de maintenance et la fourniture des pièces de rechange.

source: mutations

© JACQUES KALDAOUSSA | Correspondance

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau