64 MEMBRES PRÉSUMÉS DE BOKO HARAM INTERPELLÉS

Insecurite nord cameroun180Les forces de l’ordre et de défense camerounaises sont montées d’un cran dans leur affrontement à distance avec la secte Boko Haram. Le 13 avril 2014, elles ont mené une opération d’envergure dans la localité d’Amchidé où les éléments de la secte ont pris pied depuis quelques années aujourd’hui. 64 éléments présumés de la secte ont été arrêtés pour être interrogés. Au finish, 31 membres seulement ont été conduits à Maroua pour clarifier leur situation.

«Les forces de l’ordre et de défense ont démontré que la ville d’Amchidé n’est pas une zone de non droit. Cette opération maintient la pression sur les éléments de la secte qui se croyaient être ici en terrain conquis. Nous demandons aux autorités de multiplier ces actions pour que revienne la sérénité ici», affirme Mahama, mototaximan à Amchidé.

Selon des sources nigérianes et locales à Amchidé, la secte serait en ce moment en train de procéder au recensement de ses membres arrêtés ce 13 avril 2014, pour le cas échéant les échanger lors d’éventuelles négociations futures avec le gouvernement camerounais. Car, parmi les présumés membres de la secte arrêtés, figurent nombre de ses logisticiens. La secte, toujours selon nos sources, craint également qu’ils ne soient remis aux autorités nigérianes dans le cadre d’une éventuelle coopération entre les deux pays.

La pomme de discorde pourrait cependant provenir du nombre de suspects faisant encore l’objet d’enquêtes au Cameroun. Les sources nigérianes, se basant sur des interrogatoires menées sur quelques éléments de la secte interpellés peu de temps après l’opération camerounaise non loin de Banki, affirment que trois membres de la secte sur les 64 arrêtés ce jour ont trouvé la mort et ont été enterrés dans les environs de Tchéré, puis déterrés et enterrés à Maroua. Les forces de l’ordre camerounaises, en légitime défense, les ont abattus. Il est à relever que ce jour, les forces de l’ordre et de défense ont confirmé la mort de trois éléments de la secte dans le secteur sans que l’on puisse dire s’il s’agit des éléments interpellés lors de la rafle.

A en croire toujours l’exploitation des membres de Boko Haram interpellés, il semblerait qu’une trentaine de suspects se seraient volatilisés dans la nature en sautant du camion lors de leur transfèrement à Maroua. Toutefois, les forces de l’ordre camerounaises n’ont pas voulu s’exprimer sur le sujet, ni pour infirmer, ni pour confirmer l’information.

L’opération des forces de l’ordre camerounaises du 13 avril 2014 est intervenue quelques heures après que trois membres de la secte à moto eurent attaqué un poste de contrôle mixte dans la ville et fait deux blessés parmi les forces de l’ordre. Il s’agissait du gardien de la paix Focsia et du gendarme Ayouba.

© L’Oeil du Sahel : GUIBAÏ GATAMA

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 23/04/2014