1500 FCFA POUR ÉTABLIR LA CARTE D'IDENTITÉ NATIONALE

carte-identite-camerounaise.jpg

Contrairement à la décision du chef de lʼEtat rendant la Cni gratuite, des policiers exigent cette somme pour la délivrer.

Plus de 500 personnes nʼont pas pu se faire établir la carte nationale dʼidentité le 12 février 2013 à Ngan-Ha, dans le département de la Vina, région de lʼAdamaoua. Ils nʼont pas pu verser les 1500 FCfa que leur demandait lʼéquipe dʼidentification.

Selon les fonctionnaires de police, cette somme représente les frais de prise en charge des agents de police affectés pour la mission dʼidentification à Ngan-Ha. 

Même les multiples protestations des hommes politiques et des populations de lʼarrondissement nʼont pas fait fléchir les identificateurs venus de Ngaoundéré. « Nous avons mobilisé les gens comme on nous a demandé malheureusement, une fois à la sous-préfecture, ils réclamaient de lʼargent pour faire établir la Cni.

Ceux qui nʼavaient pas cette somme sont rentrés chez eux », déclare Adamou Souleymane, le président de la sous-section Orjdpc de Ngan- Ha centre. Information confirmée par les responsables de lʼUndp et du Sdf à Ngan-Ha.

Le représentant du Social Démocratique Front (Sdf), Jacques Hamasembo, explique que les fonctionnaires de police ont été catégoriques. Le chef de lʼéquipe dʼidentification dépêchée à Ngan-Ha sʼest refusé à tout commentaire. Approché par le Jour, le délégué régional de la Sûreté nationale pour lʼAdamaoua est formel : « La prise en charge de lʼéquipe des identificateurs est de la responsabilité du maire de Ngan-Ha, qui en avait fait la demande.

Cʼest de lʼarnaque que les policiers sont en train de faire. Jʼai déjà demandé au chef de poste des renseignements généraux de Ngan-Ha de mener une enquête sur cette affaire. Il nʼa jamais été question de payer 1500 FCfa pour se faire délivrer une Cni », martèle le commissaire divisionnaire Ondoa Billé.

Dʼaprès lui, ce genre de pratique va à lʼencontre de la décision du président de la République rendant gratuite la délivrance de la carte nationale identité. Il annonce des sanctions contre les fonctionnaires de police envoyés à Ngan-Ha.

© Le Jour : Adolarc Lamissia

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau