140 hauts fonctionnaires du Cameroun en Lions indomptables

 

Mondiale2014Plus d’une centaine de hauts fonctionnaires camerounais ont mis le cap sur le Brésil pour suivre l’équipe nationale de football. Quant aux agents publics sollicités pour bâtir une stratégie de promotion du Cameroun au Brésil, ils sont restés sur le tarmac de Yaoundé. La facture pour cette “escapade sportive” : 3,8 millions d’euros.

Vivre au plus près des joueurs la septième participation de l’équipe nationale du Cameroun à une Coupe du monde de football. C’est le privilège que se sont octroyé 140 hauts fonctionnaires, bien décidés à suivre au Brésil les aventures des Lions indomptables, emmenés par le bouillonnant Samuel E’too.

Le 9 mai, un Boeing 777-200 de la compagnie Angola Airlines a décollé de Yaoundé, direction le Brésil. À son bord : 235 passagers. On y trouve la délégation officielle de la Fédération camerounaise de football, une cinquantaine de personnes (les 23 joueurs sélectionnés, le staff technique, les dirigeants) prises en charge financièrement par la Fédération internationale de football (Fifa). Ils sont accompagnés de membres de leur famille, environ 80 passagers. Dans une certaine pagaille, une centaine de fonctionnaires sont aussi montés à bord. Et une quarantaine de leurs collègues les suivent sur d’autres vols.

Des agents publics qui ont été triés sur le volet par les services du Premier ministre, Philémon Yang. Au total, 140 fonctionnaires camerounais ont bénéficié d’un bon de sortie auprès de laPrimature pour gagner Rio de Janeiro, a calculé le quotidien Le Jour. La facture, payée sur des deniers publics, s’élèverait à 2,5 milliards de francs CFA. Soit 3,8 millions d’euros.

 

Cinq ministères mobilisés Pour justifier cette escapade brésilienne de fonctionnaires, un projet avait été lancé pour “vendre” l’image du Cameroun au Brésil, une puissance émergente qui investit de plus en plus en Afrique. Depuis la qualification au Mondial du Cameroun, en novembre 2013, plusieurs ministères – la Culture, le Tourisme, le Commerce, les Petites et Moyennes Entreprises et l’Economie sociale et l’Artisanat – ont été sollicités pour préparer un plan d’action et sélectionner les fonctionnaires les plus compétents pour promouvoir l’image du pays. Dans cet objectif, ces ministères ont réalisé des missions au Brésil. Celui du Tourisme a élaboré un budget de 40 milliards de francs CFA et échafaudé plusieurs actions possibles, comme la création d’un “village” camerounais à Bahia, l’un des anciens lieux de débarquement des esclaves africains.

De son côté, le ministère de la Culture avait dressé une liste d’une trentaine de personnalités, artistes et sportifs. La chanteuse Kareyce Fotso, médaille d’argent aux Jeux de la francophonie en 2010, ou l’éternel Roger Milla, avant-centre des Lions indomptables dans les années 1980, figuraient parmi ces élus, force de vente VIP du Cameroun au Brésil.

“La veille du départ, on a expliqué à ces personnalités qu’elles ne partiraient plus pour des problèmes de budget. De même, tous les ministères mobilisés ont été écartés. C’est Philémon Yang, le Premier ministre, et ses collaborateurs qui ont décidé, en dernier ressort, de qui partait ou non au Brésil”, a expliqué à Acteurs publics l’auteur de l’article du Jour, Ateba Biwolé.

Roger Milla indigné

D’après le quotidien camerounais, la délégation sera finalement composée pour l’essentiel de fonctionnaires des services du Premier ministre, du ministère de la Défense, de la délégation générale à la sûreté nationale et de la présidence de la République. Quant aux fonctionnaires des ministères sollicités au départ, ils ont été priés de faire suivre leurs dossiers à la Primature et au ministère des Sports, puis de rester au Cameroun pour suivre la compétition en famille devant leur téléviseur.

Roger Milla ne décolère pas. “Il s’agit de provocation et d’humiliation. En tant que numéro 2 de la délégation officielle, ils m’ont offert 4 millions de francs CFA, alors que des directeurs des ministères perçoivent 15 millions de francs CFA pour ce voyage. Le plus embêtant, c’est que l’avion était rempli des personnes qui n’ont rien à voir avec le football”, a-t-il expliqué au quotidien Le Jour.

Car les 140 fonctionnaires du voyage bénéficieront de frais de mission : de 3 000 à 23 000 euros, selon le grade dans la fonction publique. Ce qui n’empêche pas un grand nombre d’agents publics de peiner pour gagner le camp de base du Cameroun à Vitoria et à se loger. Située au sud-est du Brésil, la ville de Vitoria n’a offert “que” 120 chambres à la Fédération camerounaise de football…

Jean-Michel Meyer @acteurspublics

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau