06 preneurs d’otages présentés au public

Depuis le lundi 22 février 2016, six preneurs d?otages sont pris en tenaille par la justice. Avant de prendre le chemin de la prison centrale de Ngaoundéré, les présumés bandits de grands chemin ont été présentés à la presse et au public de Ngaoundéré.

Le démantèlement de ce groupe des malfaiteurs spécialisé dans les prises d’otages dans les arrondissements de Martap et Belel dans le département de la Vina a été rendu possible après l’interpellation de Amadou Hamadou alias Dogo et Hamadou Bassirou alias Bah le 16 janvier 2016 dans une agence de voyage de Ngaoundéré.

En effet, dans l’après-midi du 16 janvier dernier, les deux compagnons s’apprêtaient à embarquer dans un bus à destination de la région de l’Est. Ils sont reconnus par des passagers qui alertent les forces de sécurité. Durant leur exploitation à la division régionale de la police judiciaire de l’Adamaoua, les deux hommes qui passent vite aux aveux complets dénoncent leurs complices en cavale dans la nature, expliquant au passage leurs tactiques et modes opératoires.

Adamou Daouda alias Malam, Abdou Issa, Adamou, Adamou Abodé sont cités comme leurs complices. Grâce à la collaboration des populations, la police met la main sur ces derniers.

Les six preneurs d?otages sont ainsi stoppés net dans leur sale besogne, au grand bonheur des éleveurs et agriculteurs qui avaient déserté leurs villages pour les centres urbains par instinct de survie.

Selon les explications du commissaire de police principal, Jeanine Ndo épouse Miafo Donfack, chef de la division régionale de la police judiciaire de l’Adamaoua, «le gang qui sévissait dans les zones rurales a récolté en deux mois d’activité un butin de plus de 70 millions de francs Cfa. Ces hommes que vous voyez sont spécialisés dans la prise d’otages avec demande de rançons dans les villages de la région de l’Adamaoua.

Ils avaient même établi leur base arrière dans la ville de Ngaoundéré. Après leur forfaits, ils se repliaient au quartier Bamyanga Hamadjangui, situé à la périphérie de Ngaoundéré» explique le commissaire. Ainsi, durant des mois, ils ont réussi à se fondre dans la masse des habitants de ce quartier sans être inquiétés. On apprend aussi que, c’est ce même groupe qui avait enlevé le célèbre homme riche de Martap. El hadji Daouda Garga qui aurait acheté sa liberté au prix de 42.800.000Fcfa.

© Source : L�Oeil Du Sahel

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau