Vague d'indignation en Inde après un viol collectif

Le viol collectif d'une jeune femme de 23 ans dans un bus le dimanche 16 décembre 2012 a provoqué en Inde une vague d'indignation et de condamnations politiques. Depuis les premiers rassemblements mercredi 20 décembre, des milliers de personnes manifestent quotidiennement à New Delhi pour réclamer plus de respect à l'égard des femmes. Mais après la mort d'un policier, la capitale a été fermée, même si le Premier ministre Manmohan Singh avait qualifié d'événement atroce ce viol.

 

25.12.2012Avec AFP

Un policier de 47 ans a été tué lors d’affrontements avec des manifestants le mardi 25 décembre 2012. Plus d’une semaine après le viol collectif d’une étudiante, les autorités indiennes ne savent plus comment enrayer le mouvement de protestation.

L’agression du policier s’est produite alors que les forces de l’ordre répliquaient par des tirs de gaz lacrymogènes et de canon à eau à des jets de pierre de manifestants. Pour le Times of India, "la police est coupable d’avoir utilisé une force disproportionnée. Le gouvernement n’a pas compris que ces manifestations sont le signe que la population est bien décidée à ne pas rester un spectateur muet devant l’apathie administrative et la médiocre gouvernance.” Huit personnes ont été arrêtées pour le décès de cet agent des forces de l’ordre.

Les manifestations sont interdites dans le centre de la capitale New Delhi depuis la fin de la semaine dernière après des scènes de violence. Depuis lundi 24 décembre, certaines rues sont même barrées, et l’accès à neuf stations de métro interdit. "Nous savons que les routes barrées vont poser des difficultés aux gens, mais nous devons stopper les manifestations de colère”, a commenté Rajan Bhagat, le porte-parole de la police. Le quotidien The Hindu a répliqué ce mardi en une en titrant "La répression fait taire les manifestations.”

L’état de santé de l’étudiante de 23 ans dont le viol collectif est à l’origine des protestations s’est dégradé. L’hôpital où elle est soignée a fait savoir lundi soir qu’elle "souffre de problèmes respiratoires.” Elle a pu décrire ce week-end le viol dont elle a été victime aux policiers. Six hommes accusés d’en être les auteurs et ivres au moment des faits ont été arrêtés.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/12/2012