Une ministre noire comparée à un singe en Italie

Les propos d'un cadre de la Ligue du Nord à l'égard de Cécile Kyenge ont déclenché un tollé. La Ligue du Nord continue de s'illustrer en maître des dérapages racistes. Le dernier en date est sorti de la bouche de Roberto Calderoli, habitué des propos polémiques.

image.jpg

"(Cécile Kyenge) fait bien d'être ministre, mais peut-être devrait-elle le faire dans son pays", a-t-il déclaré à l'égard de la ministre d'origine congolaise. "Quand je vois les images de Kyenge, je ne peux ne pas m'empêcher, même si je ne dis pas qu'elle en soit un, de voir des ressemblances avec un orang-outan", a poursuivi le cadre du parti anti-immigration. L'ancien vice-président du Sénat, également ministre sous Silvio Berlusconi, l'a également accusée de faire miroiter une sorte d'"Amérique" aux immigrants arrivant en Italie, peut-on lire dans le Corriere della Sera.

Ces propos ont provoqué l'indignation de nombre de personnalités, notamment du chef du gouvernement, Enrico Letta, qui les a qualifiés d'"inacceptables". "Les paroles rapportées aujourd'hui par la presse et attribuées au sénateur Calderoli à propos de Cécile Kyenge sont inacceptables et dépassent toutes les limites", a-t-il commenté dans un communiqué officiel, dans lequel il assure également Cécile Kyenge de "sa pleine solidarité et de son soutien".

Deux députés du Parti démocrate (PD, gauche), Khalid Chaouki et Gianni Cuperlo, ont exigé la démission de Roberto Calderoli de la vice-présidence du Sénat. Une sénatrice du PD, Anna Finocchiaro, s'est elle engagée à "demander des comptes au sénateur Calderoli" lundi au Sénat. "En attendant, j'espère que le vice-président du Sénat trouvera la dignité de s'expliquer et de s'excuser auprès de la ministre", rapporte l'AFP.

@source sipa média

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau