Robert P. Jackson, Ambassadeur des USA au Cameroun: "Il y a eu des manquements dans le procès de Marafa"

Robert P. Jackson: « Nous soutenons l'opération Epervier» L'ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun parle de la lutte contre la corruption au Cameroun.

robert-jackson0501011400.jpg

Quel était l'objet de votre visite chez Marafa Hamidou Yaya au Secrétariat d'Etat à la Défense ?

J'ai précisément rendu visite à l'ancien ministre de l'Administration territoriale du Cameroun, en prison, pour voir son état. Surtout pour vérifier les conditions de détention dans lesquelles il se trouve, voir comment il est traité. Et je trouve que mon acte est tout à fait conforme avec notre mission de surveiller le respect des droits humains et de nous assurer que nos deux gouvernements font tout ce qu'ils peuvent pour promouvoir les droits de l'Homme.

Et dans quelles conditions vit-il ?

Nous avons pu constater à la fin de notre visite qu'il vit dans des conditions correctes.

Dans le dernier rapport sur l'état des droits de l'homme au Cameroun, que vous avez publié, il est marqué qu'il est un prisonnier politique. Pourquoi ?

Oui. On a dit qu'il était condamné pour corruption éventuelle. Mais on considère que le procès avait quelques manquements et que le jugement n'a pas précisé les preuves de corruption.

Quels sont ces manquements ?

Je crois que j'ai assez dit. Il y avait juste des manquements.

Quel regard portez-vous globalement sur l'opération épervier ?

Nous soutenons l'opération Epervier. C'était important d'en finir avec ce système. Le gouvernement du Cameroun, avec l'aide de beaucoup de partenaires doit faire face à la corruption. C'est un fléau qui attaque tous les Camerounais et les partenaires. Il faut poursuivre l'opération Epervier, mais il faut le faire de façon apolitique.

Que pouvez-vous dire sur les prochaines élections législatives et municipales ?

Nous devons attendre les élections pour voir le déroulement.

Comment se portent les relations entre le Cameroun et les Etats-Unis?

Elles sont excellentes.

© J.N.N. | Le Jour

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau