RCA Michel Djotodia, Président de la transition centrafricaine : « Bozizé a utilisé les médias de l’Etat pour dire que, voilà…

Michel Djotodia, Président de la transition centrafricaine : « Bozizé a utilisé les médias de l’Etat pour dire que, voilà…tuez ceux qui viennent du Nord, ce sont vos ennemis. Il a distribué des armes, il a distribué des machettes…. Ce sont les conséquences de l’insécurité ! Il l’a dit à haute voix : ‘’Après moi, la situation sera ingouvernable ‘’ »

Djotodia

Le nouvel homme de la RCA était invité de RFI en décembre dernier. La République central africaine n’a pas fini de compter ses morts ou dresser un bilan final sur l’attaque du 05 décembre dernier ayant couté la vie à plusieurs centaines de centrafricaines qui depuis un certain temps n’ont rien connu du plaisir de la paix, mais plutôt des cicatrices de la guerre. Des familles se sont déchirées ; homme, femme comme enfant chacun à la recherche d’un endroit sécurisé tres loin du bruit des canons. Pour ceux de enfants qui ont la chance de rester en vie, ils seront peut être traumatisés durant toute leur vies après avoir vécu des scènes horribles ; des scènes souvent vécues que dans les fictions des films. A l’échec des politiques, des responsables religieux, catholiques et musulmans tentent d'apaiser le climat, mais ils sont loin d’enlever ce doigt fixé sur la gâchette prête à tuer « un frère-ennemi ». Avec cette option des religieux qui semble ne pas marcher, le président de la transition est revenu à la charge.

Michel Djotodia s'est dit prêt à dialoguer avec les anti-Balakas, ces milices d’auto-défenses qui ces derniers temps, s’en sont pris aux ex-rebelles de la Séléka et par extensions à la communauté musulmane. Interrogé sur Rfi, Michel Djotodia dit qu’un cesser de feu « a été lancée par la partie anti-Balaka ». Le président continue en disant : « Nous avons trouvé salutaire ce geste. Et nous sommes allés à la rencontre de ces frères. Ce ne sont pas des ennemis, ce sont nos frères. Et ils ont posé quelques préalables. Nous sommes prêts à accéder à certains de ces préalables. » Avec cette main tendue, Djotodia voudrait que la hache de guerre soit enterrée et dit être « prêt à discuter non seulement avec les anti-Balaka, mais avec tous ceux qui sont épris de paix et de justice en tout cas ».

Malgré cette main tendue des anti-balaka, Djotodia n’oublie pas que leur chef, le rpesident rnversé en mars est à l’origine de tout ce qui se passe actullement en centrafrique « Bozizé a utilisé les médias de l’Etat pour dire que, voilà… tuez ceux qui viennent du Nord, ce sont vos ennemis. Il a distribué des armes, il a distribué des machettes…. Ce sont les conséquences de l’insécurité ! Il l’a dit à haute voix : « Après moi, la situation sera ingouvernable ».

PETER KUM/ etudiantados.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau