Quand Fillon envisage la colonisation comme "un partage de culture" (vidéo)

A la veille des élections, il semble que les Républicains se déchaînent pour récupérer les voix du Front national. Aprèsl'affaire du Burkini récupérée et instrumentalisée par Sarkozy et Valls, voilà celui qui fut Premier ministre lors des crimes commis par la France en Libye et en Côte d'Ivoire prendre sa part dans le jeu de quille racialiste

Afficher l'image d'origine

A la veille des élections, il semble que les Républicains se déchaînent pour récupérer les voix du Front national. Aprèsl'affaire du Burkini récupérée et instrumentalisée par Sarkozy et Valls, voilà celui qui fut Premier ministre lors des crimes commis par la France en Libye et en Côte d'Ivoire prendre sa part dans le jeu de quille racialiste. François Fillon, candidat à la primaire Les Républicains pour l'élection présidentielle, a relooké le passé colonial en déclarant à Sablé-sur-Sarthe, au sujet de l'enseignement de l'histoire de la colonisation à l'école que la France n'était "pas coupable d'avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d'Afrique".

Un partage qui s'est fait souvent à coup d'extermination voir de génocide mais Fillon n'en a cure. Il n'a pas démissionné lorsque Sarkozy bombardait les Libyens, détruisait la Libye et armait en sous main les djihadistes libyens qui massacraient la population noire libyenne. Cet acte de destruction coloniale était sans doute une façon de partager sa culture barbare avec les Africains. Il faut dire que l'homme est coutumier des petits arrangements avec l'Histoire. Ainsi Fillon est un coutumier du révisionnisme et du déni. Il avait déclaré au sujet de la répression sanglante coloniale organisée par la France de De Gaulle au Cameroun dans les années soixante : 

- "Je déni absolument que des forces françaises aient participé en quoi que ce soit à des assassinats au Cameroun et tout cela n'est que de la pure invention". (Quand Fillon niait la guerre de la France au Cameroun)


C'est sûr qu'avec une telle méconnaissance de l'histoire coloniale et une occultation systématique de ses aspects criminels, Fillon peut continuer à raconter tout bonnement n'importe quoi et continuer à idéaliser le colonialisme français en Afrique (Gestapo, napalm et massacres français au Cameroun (1956-1971) dans la plus grande indifférence). L'amnésie amenant à la reconduction ... notamment en Libye. Errare humanum est, perseverare diabolicum.

Blog Sam La Touche

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau