Obama loue le «héros» Mandela, soutient les homosexuels africains

Obama loue le «héros» Mandela, soutient les homosexuels africains Le président américain Barack Obama a rendu hommage jeudi à Dakar, première étape de sa tournée africaine, à l'ex-président sud-africain Nelson Mandela, un « héros pour le monde » au moment où il lutte pour sa survie, et apporté son soutien aux homosexuels africains persécutés.

obama-senegal.jpg

Mandela, hospitalisé depuis trois semaines à Pretoria, "est un de mes héros. Je crois qu'il est un héros pour le monde entier, et le jour où il quittera cette terre, son héritage continuera à vivre à travers les âges", a déclaré M. Obama qui doit se rendre en Afrique du Sud vendredi, prochaine étape de son périple africain avant la Tanzanie. La fille aînée de Nelson Mandela, Makaziwe, a déclaré jeudi que son père était "dans un état très critique" et que "tout peut arriver d'un instant à l'autre".

Le président sud-africain Jacob Zuma, qui a annulé une visite au Mozambique, a cependant affirmé que Mandela était "nettement mieux aujourd'hui" (jeudi) qu'il ne l'était la veille. Interrogé par des journalistes américains, le président Obama a par ailleurs salué comme "une victoire pour la démocratie américaine" la décision de la Cour suprême prise la veille en faveur du mariage gay aux Etats-Unis. Il en a profité pour apporter son soutien aux homosexuels persécutés dans l'écrasante majorité des pays africains, hormis l'Afrique du Sud où le mariage gay est autorisé. "Mon opinion est que, quelque soit la race, la religion, le genre, l'orientation sexuelle, face à la loi, tout le monde doit avoir les mêmes droits", a-t-il affirmé.

Mais, présent à ses côtés, le président sénégalais Macky Sall lui a répondu que bien que "très tolérant", son pays n'était "pas encore prêt à dépénaliser l'homosexualité". Il a récemment exclu l'adoption d'une loi autorisant l'homosexualité au Sénégal, exigée par des organisations de défense des droits de l'Homme. "Rattraper le temps perdu" Hormis cette divergence, MM. Obama et Sall ont dit avoir en commun les mêmes valeurs concernant "la démocratie" et "la bonne gouvernance".

"Le Sénégal est une des démocraties les plus stables d'Afrique et et un de nos partenaires les plus forts dans la région", a affirmé Barak Obama. Ce pays "va dans la bonne direction grâce à des réformes pour renforcer les institutions démocratiques", a-t-il affirmé, ajoutant: "Je crois que le Sénégal peut être un formidable exemple" pour le reste du continent. Ex-colonie française indépendante depuis 1960 le Sénégal n'a jamais connu de coup d'Etat, ce qu'a tenu à saluer le président Obama. Le Sénégal fait figure d'exception en Afrique de l'Ouest, une région frappée par les violences politiques et militaires, en particulier au Mali voisin, plongé dans la crise depuis un coup d'Etat en mars 2012.

Celui-ci a précipité la chute du nord malien aux mains de groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda et entraîné une intervention militaire franco-africaine pour les en chasser. Jeudi après-midi, Barack Obama et sa famille se rendront sur l'île de Gorée au large de Dakar où ils visiteront la Maison des esclaves et sa célèbre porte du "non retour" d'où sont partis vers les Amériques des milliers d'Africains arrachés à leur terre. Une visite doublement symbolique pour les Obama: ils ont du sang africain dans leurs veines et Nelson Mandela aujourd'hui à l'agonie s'y était également rendu en 1991, un an après sa libération des geôles du régime raciste de l'apartheid, trois ans avant son élection comme premier président noir d'Afrique du Sud.

"Ce lien entre Obama, un Américain originaire d'Afrique par son père (kényan) et sa femme, une Afro-américaine dont les ancêtres viennent d'Afrique" fait que "cette visite des Obama devrait être très spéciale", estime Eloi Coly, responsable de la Maison des esclaves. Avant lui ses prédécesseurs Bill Clinton et George W. Bush s'étaient également rendus sur l'île de Gorée, passage obligé pour tous les visiteurs de marque à Dakar. Arrivé mercredi soir à Dakar avec son épouse Michelle et leurs filles Sasha et Malia, Barack Obama a été chaleureusement accueilli Les abords du Palais présidentiel où obt eu lieu son entretien avec Macky Sall et leur conférence de presse résonnaient du son des tam-tam et des cris de bienvenue des centaines de personnes venues saluer le président américain.

SOURCE : AFP

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau